Review – critique : The Casual Vacancy (une place à prendre)

four stars

 

I’ll write first in English, and then in French. It’s not a translation, I am just writing first in English and then in French so it can’t be exactly the same. (Première partie en Anglais, deuxième partie en Français, descendez un peu).

ENGLISH

The Casual Vacancy

Book description: When Barry Fairbrother dies in his early forties, the town of Pagford is left in shock. Pagford is, seemingly, an English idyll, with a cobbled market square and an ancient abbey, but what lies behind the pretty facade is a town at war. Rich at war with poor, teenagers at war with their parents, wives at war with their husbands, teachers at war with their pupils… Pagford is not what it first seems. And the empty seat left by Barry on the parish council soon becomes the catalyst for the biggest war the town has yet seen. Who will triumph in an election fraught with passion, duplicity and unexpected revelations?

So, what did I think about this book?

Well, that’s what I call a big book, and when I say big I do mean BIG (680 pages in my edition)! I have read very few books this big, and it’s actually the first one since I started the blog. It’s also an adult book, and I don’t read many of these since there are so many Young-Adults fictions at the moment and I already don’t have enough time to read all the books I’d like to. But I wanted to read in French and I had this book in French at home and I have wanted to read it for a while now!

This book doesn’t have a really great average rating. Most bad opinions are from Harry Potter fans. The mistake these people do is reading a book they would never read just because it is written by the author of Harry Potter. And these people are disappointed, of course. Harry Potter is the kind of book that appeals to everyone, kids and adults, boys and girls, fantasy-lovers or not, but the Casual Vacancy is not meant for everyone. First, it is for adults. And the vocabulary is very different from what I was used to read from her, I mean I don’t know in English but in French there were a lot of “intellectual” words or words that we don’t use a lot and I’ve had to look them up in the dictionary a few times. Then, there is no fantasy: nothing at all. It is actually one of the most realistic books I’ve read about daily life. And it is a satire about a cruel society, all the story is set in a village, and it’s about politics, problems in family, psychological problems, and also other things such as drugs and different social classes. As you can imagine, not everyone can like this. It is for a readership expecting a satire about society, written for adults. So when 15-year-old Harry Potter fans read it without even reading the plot summary, it is a total mistake. I started this book very open-minded, not expecting anything like Harry Potter, and I did the right thing because you cannot find two more different books than Harry Potter and the Casual Vacancy.

With all this in mind, if you think you will enjoy the book, don’t hesitate because it is really great. Well-written, totally realistic, with so many character but all different. I loved all of them, I thought the way J.K. Rowling used them to show us what the village really was is so interesting:

It all begins with the death of Barry Fairbrother, a member of the Parish Council. Howard, who could almost be called the mayor, hopes his son Miles will get the seat. But Colin Wall, working at the school and devastated by his friend’s death hopes to get it too. In another house, a violent man called Simon Price wants to participate in the election. His son Andrew wants to stop him. His best friend, Stuart Wall also has problems to communicate with his dad Colin. Stuart wants to taste real life, and so he starts seeing Krystal Weedon, a girl from “The Fields” who suffers a lot and is almost the only one in charge of her little brother. Kay, the new social worker in town will try to help Krystal’s family as much as possible. But her daughter, Gaia, is not happy her mother brought her here and she will try to show it as much as possible. In the same town, Sukhvinder Pawanda, the daughter of the doctor Parminda Jawanda, from the Parish Council, suffers from not being as gifted as her brother and her sister…

I tried to show you a little bit of the characters without any spoilers. There are even more characters in this book, and they are all important to the story. Even if there is not a lot of action, and the plot is easy to understand, without any dramatic turn of events, the author knows how to keep her interested in the story. And the ending is just going so fast, last night I read about 140 pages without closing my book because the last few chapters are so captivating. Actually, even if there is not a lot of action throughout the book, be prepared for the ending, that can be quite upsetting too.

A good society satire, in a cruel little countryside village. Very well-led and well-written. It totally made me want to read more adult books from J.K. Rowling.

Pages: 576

Price: $11.11. You can buy it here

Rating: 4 out of 5 stars. 

Sans titre

 

FRANÇAIS

Une place à prendre

Résumé : Bienvenue à Pagford, petite bourgade anglaise paisible et charmante : ses maisons cossues, son ancienne abbaye, sa place de marché pittoresque… et son lourd fardeau de secrets. Car derrière cette façade idyllique, Pagford est en proie aux tourmentes les plus violentes, et les conflits font rage sur tous les fronts, à la faveur de la mort soudaine de son plus éminent notable. Entre nantis et pauvres, enfants et parents, maris et femmes, ce sont des années de rancunes, de rancoeurs, de haines et de mensonges, jusqu’alors soigneusement dissimulés, qui vont éclater au grand jour et, à l’occasion d’une élection municipale en apparence anodine, faire basculer Pagford dans la tragédie.

Qu’est-ce que j’en ai pensé ?

Eh bien voici ce que j’appelle un véritable pavé (680 pages en effet) ! J’ai lu très peu de livres aussi gros, d’ailleurs il s’agit du premier depuis que je tiens mon blog. Il s’agit en plus d’un livre destiné à un public adulte et j’en lis assez peu car il y a tellement de livres pour Jeunes Adultes en ce moment et je n’ai déjà pas assez de temps pour lire tous ceux qui me font envie. Mais je voulais lire en français et j’avais celui-ci à la maison et cela faisait un moment que j’avais envie de le lire !

Ce livre n’a pas une si bonne moyenne. La plupart des mauvaises critiques viennent de fans d’Harry Potter. L’erreur que font ces personnes, c’est de se lancer sans même lire le résumé dans un livre qu’ils n’auraient jamais lu tout simplement car il a été écrit par l’auteur de la célèbre saga. Et ces personnes sont déçues par le livre, bien entendu. Harry Potter est le genre de livre qui plaît à tout le monde, un peu de manière universelle, aux petits comme aux grands, garçons et filles, amateurs de fantastique ou non, mais une Place à Prendre n’est pas destiné à tout le monde. Lorsque j’ai demandé à certaines personnes ce qu’elles en avaient pensé, on m’a surtout répondu « boh, ça ressemble pas trop à Harry Potter ». Et ça m’agace un peu, parce que vous ne pourriez pas trouver deux livres plus radicalement différents que ces deux-là. Je tiens à mettre ça bien au clair, ce n’est pas parce qu’on aime une œuvre d’un auteur que l’on est obligé de tout aimer lorsqu’il publie des genres différents.

Tout d’abord, il est destiné à un public ADULTE. Et le vocabulaire utilisé est très différent de ce que je connais de J.K. Rowling. Je ne peux pas trop parler pour l’anglais car j’ai lu une traduction, mais il y avait beaucoup de mots « vieillis », « littéraires » ou un peu « intellectuels » comme on pourrait dire. Au final, on va dire que j’ai dû utiliser mon dictionnaire en moyenne deux fois par tranche de dix pages, ce qui est absolument énorme ! Pour être honnête, je lis actuellement en français pour enrichir mon vocabulaire donc ça m’arrange un peu mais si ça n’avait pas été le cas j’aurais été très ennuyée de ne pas comprendre tous ces mots. J’ai eu un peu de mal à m’imaginer les personnages, car je suis habituée à des descriptions basiques mais avec des descriptions telles que une rotondité de mastodonte, un sourire sardonique, une démarche pachydermique, un histrion grivois ou encore une démarche chaloupée c’est un peu difficile. Ensuite, il n’y a pas de fantastique : pas du tout. En fait, je dirais même qu’il s’agit de l’un des livres les plus réalistes que j’ai pu lire sur la vie quotidienne. Il s’agit d’une satire sur une société cruelle, toute l’histoire se déroule dans un village, on y parle de la politique, de problèmes familiaux, psychologiques et de bien d’autres choses telles que la drogue, la vie dans les cités, et les différentes classes sociales. Comme vous pouvez l’imaginer, ça ne peut pas plaire à tout le monde. C’est pour un public qui s’attend à une satire et à un livre très adulte. Donc lorsque des fans de 15 ans d’Harry Potter le lisent sans se poser de question, je pense qu’il s’agit d’une erreur. J’ai commencé le livre sans préjugés et je pense avoir bien fait.

Avec tout ça à l’esprit, si vous pensez que le livre peut vous plaire, n’hésitez pas car il est vraiment très bon. Bien écrit, très réaliste, avec tellement de personnages si différents. Je les ai tous aimés, j’ai trouvé que la manière dont JK Rowling les a utilisés pour donner une telle dimension à cette bourgade a été absolument fascinante :

Tout commence avec la mort de Barry Faibrother, membre du Conseil Paroissial. Howard, qui pourrait presque être appelé maire, espère que son fils Miles obtiendra le siège. Mais Colin Wall, qui travaille au collège et est dévasté par la mort de son ami espère bien l’obtenir aussi. Dans une autre maison, un homme violent du nom de Simon Price veut participer à l’élection. Son fils Andrew veut l’en empêcher. Son meilleur ami, Stuart Wall a également des problèmes de communication avec son père Colin. Stuart veut goûter à la vraie, il commence donc à voir Krystal Weedon, une fille des Champs qui souffre beaucoup et s’occupe presque seule de son petit frère. Kay, la nouvelle assistance sociale en ville va essayer d’aider la famille de Krystal autant que possible. Mais sa fille, Gaia, n’est pas contente que sa mère l’aie emmenée dans cette bourgade et va tenter de le lui montrer. Dans la même bourgade, Sukhvinder Pawanda, la fille du docteur Parminda Jawanda, membre du Conseil Paroissial, souffre de ne pas être aussi talentueuse que son frère et sa sœur…

J’ai essayé de vous donner un petit aperçu des personnages sans rien dévoiler de l’intrigue. Il y a bien plus de personnages, et ils sont tous clés pour l’histoire. Même s’il n’y a pas beaucoup d’action, et que l’intrigue est facile à suivre, sans grands retournements de situation, l’auteure sait nous tenir en haleine. Et la fin se passe tellement vite, hier soir j’avais encore 140 pages à lire et je les ai lues d’une traite car les derniers chapitres sont absolument captivants. En fait, même s’il y a peu d’action le long du livre, préparez-vous à la fin qui peut vous retourner.

Une bonne satire de société, dans un cruel petit village de campagne. Bien mené et bien écrit. Cela m’a donné envie de lire plus de romans pour adultes de J.K. Rowling.

Pages : 680

Prix : 24 euros. Vous pouvez l’acheter ici. 

Note : 16/20

Sans titre

8 thoughts on “Review – critique : The Casual Vacancy (une place à prendre)

  1. lydieetseslivres says:

    C’est un livre que je souhaite lire. J’ai lu L’appel du coucou qui m’avit bien plu. Cette auteur me plait que ce soit dans sa saga Harry Potter ou dans ces autres livres mais effectivement ils n’ont rien en commun.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s