Review – critique: The Generations 1, Alive

four stars

I’ll write first in French, and then in English. It’s not a translation, I am just writing first in French and then in English so it can’t be exactly the same. (Première partie en français, deuxième partie en anglais, descendez un peu).

FRANÇAIS

The Generations, tome 1 : Alive

Quatrième de couverture : “J’ouvre les yeux dans le noir. Le noir total. J’entends ma propre respiration, mais rien d’autre. Je soulève la tête – elle bute sur une surface solide, qui ne bouge pas d’un pouce. Il y a un mur juste devant mon visage. Non, pas un mur… un couvercle.” Em se réveille dans le noir, seule, entravée, dans un espace confiné qui ressemble à un sarcophage. C’est le jour de son anniversaire, elle a douze ans et… c’est tout. Elle ne se rappelle pas comment elle s’appelle, ce qu’elle a fait la veille ou à quoi ressemble le visage de ses parents. Elle ne comprend pas du tout ce qui se passe. Lorsqu’elle parvient, à force de volonté, à se libérer de ce piège, elle découvre, autour d’elle, onze autres cercueils, dont certains occupants sont toujours en vie. Une initiale et un nom de famille sont gravés sur chaque sarcophage.

Qu’est-ce que j’en ai pensé ?

Je tiens à remercier les éditions Lumen et particulièrement Emily pour l’envoi de ce service de presse, une lecture qui se trouvait depuis un certain temps dans ma wishlist VO.

Alive, c’est le genre de livre dans lequel il vaut mieux se lancer sans rien savoir. Comme le dit si bien l’auteur, on ne peut surprendre le lecteur qu’une seule fois et c’est bien le genre d’histoire à ne pas spoiler car elle repose sur une dynamique de suspense. Je ne dirai donc rien de plus sur l’intrigue que ceci : l’héroïne se réveille dans un cercueil sans se rappeler de rien, si ce n’est qu’aujourd’hui, c’est son douzième anniversaire. Une fois sortie de son cercueil, elle découvre d’autres personnes dans le même cas, privées de tout souvenir, et qui disent toutes avoir douze ans alors qu’elles ont l’air d’avoir la vingtaine. Le groupe semble emprisonné dans un véritable labyrinthe et il va falloir trouver un moyen de sortir de là. Chaque fois que je présente ce résumé, on me répond systématiquement « ça ressemble à l’Epreuve de James Dashner ». Certes, le début peut sembler similaire, mais j’ai été heureuse de constater que l’histoire prend une toute autre tournure et qu’elle n’a rien à voir avec le Labyrinthe. J’ai d’ailleurs été véritablement surprise par les révélations de la dernière partie et je pense qu’aucun lecteur n’aurait pu imaginer ce dénouement.

Une chose à savoir par contre, ce livre est très violent et l’ambiance pesante, voire dérangeante. Les découvertes sont macabres et certaines images tellement violentes et « gores » qu’elles m’ont fait grimacer. Je ne le recommanderai donc pas à partir de 12 ans car il ne s’adresse pas aux âmes sensibles. Comme toujours, l’âge auquel je conseille de le lire n’engage que mon avis personnel, et Lumen le classe dans la catégorie 12 ans et plus. Personnellement, si je l’avais lu à 12 ans, j’aurais dû l’arrêter et j’en aurais cauchemardé pendant un moment. L’ambiance qui régnait sur tout le milieu du roman était d’ailleurs tellement pesante et stressante que cela a déteint sur moi et que j’ai fait des cauchemars trois nuits d’affilée alors que j’ai bien plus de 12 ans. J’étais donc contente de passer aux révélations qui m’ont plutôt rassurée. Je dois avouer que j’ai tendance à toujours imaginer le pire et que mon esprit était parti bien loin.

Il s’agit également d’une lecture atypique, car l’on avance aveuglément dans le récit, sans jamais avoir un seul indice jusqu’à la fin, puisque les personnages non plus n’ont le droit à aucun indice. Si vous pensiez déjà avancer aveuglément dans le Labyrinthe, ce sentiment sera décuplé ici. Bien que cela offre une expérience de lecture unique et très intéressante, j’ai trouvé que l’on avançait pendant trop longtemps dans le récit sans rien comprendre. De plus, les chapitres sont très répétitifs et l’histoire tourne en rond pendant une bonne partie. Même si ces longueurs contribuent au sentiment d’angoisse provoqué par le roman, je pense que plus de 50 pages auraient pu être supprimées pour éviter les scènes répétitives. Mais la révélation, qui dure tout de même une bonne centaine de pages, vaut vraiment le coup.

Le plus intéressant dans ce roman, ce sont les personnages. Ils sont tous très différents les uns des autres et présentent des caractères riches et variés. Tous très travaillés, ils donnent véritablement vie à l’histoire et nous partageons bien leur vision des choses et leurs angoisses car, après tout, ils n’en savent pas plus que nous. Ce que j’ai beaucoup aimé, c’est que malgré le fait qu’ils ne possèdent aucun souvenir, on retrouve chez eux des comportements tout à fait humains. Entre la lutte pour le pouvoir, les tensions de groupe, les votes, les débats, etc. nous obtenons une vision réaliste de cette société qui se construit sans aucune base et qui n’est pas si différente de la nôtre. De plus, l’univers dans lequel ils évoluent est tellement bien décrit que l’on a l’impression d’être avec eux.

Nous avons le droit à nombreuses révélations, mais beaucoup de mystères subsistent et j’ai hâte de lire la suite. Je trouve que l’on ressent directement le fait que l’histoire a été écrite par un homme. La façon dont la violence et les relations humaines sont abordées sont assez représentatives de l’approche prise par les écrivains masculins dans la littérature Young-Adult. En bref, une lecture marquante et je retiendrai surtout tous les sentiments qu’elle a pu provoquer en moi. Je vous la recommande vivement mais attention aux âmes sensibles, comme je le disais plus tôt, car cette lecture qui ne recule devant rien a pu me déranger par moments. Beaucoup de bonnes choses à retenir, même s’il y a aussi du moins bon comme les longueurs que j’ai pu y trouver et des scènes qui ont provoqué chez moi trop de dégoût.

Pages : 462

Prix : 15 euros. Vous pouvez l’acheter ici.

Genre : Young-Adult, Thriller, Science-fiction. Age 14+

Auteur : Scott Sigler

Note : 16/20

Sans titre

ENGLISH

The Generations, book 1: Alive

Book description: A young woman awakes trapped in an enclosed space. She has no idea who she is or how she got there. With only her instincts to guide her, she escapes her own confinement—and finds she’s not alone. She frees the others in the room and leads them into a corridor filled with the remains of a war long past. The farther these survivors travel, the worse are the horrors they confront. And as they slowly come to understand what this prison is, they realize that the worst and strangest possibilities they could have imagined don’t even come close to the truth.

 So, what did I think about this book?

Alive is the kind of book you should read without knowing much. As the author says it, you can only surprise the reader once and this is the kind of story you shouldn’t spoil because it is based on suspense. I won’t say anything else about the plot except that: the main character wakes up in a coffin without any memories, except that today is her twelfth birthday. Once she gets out of there, she discovers other people in the same case as her who all say they are twelve when they look 20 years old. The group seems trapped in some kind of maze and they will need to find a way to get out. Every time I present the book, people say “it looks like the Maze Runner”. It’s true that the beginning may look similar but I was happy to see that the story was very different from it. To be honest, I was completely surprised by the revelations of the last part and I think not a single reader could have imagined how the book ended.

Before reading it, you need to be aware that it is extremely violent and there is an oppressive atmosphere, and even upsetting. The discoveries made by the characters are macabre and some scenes so gore that they made me shudder. As a result, I wouldn’t recommend it to young readers because it is not for sensitive souls. If I had read it when I was younger, I would probably have had to stop and I would have had nightmares for a while. The atmosphere during all of the middle part of the novel was so oppressive and stressful that it had consequences for me and I made nightmares for three nights in a row even though I am way older than 12. I was very happy when the revelations came because they quite reassured me. I have to admit I have a tendency to imagine the worst and that my mind had imagined all the worst possible scenarios ever.

It is also an atypical read, because we go blindly into the story, without a single clue until the very end, seeing the characters are not given any clue either. If you thought you felt this way while reading the Maze Runner, this will be ten times worst here. Even though it offers a unique and interesting reading experience, I thought that the story was stagnating for too long without making us understand anything. The chapters are very repetitive and the story goes round in circles for a while. The story drags on a bit too much, and even though this contributes to the feeling of anxiety you feel while reading, I think over 50 pages could have been deleted to avoid repetitive scenes. But the revelation, which lasts around 100 pages, is really worth it.

The most interesting thing here are the characters. They are all very different from each other and offer rich and diverse versions of humanity. They are well-developed and make the story come to life. We share their vision of things and their fears because, after all, they don’t know any more than we do. What I really liked was the fact that, despite having no memories, they have human behaviours. With fights for power, group tensions, votes and debates, etc. we have a realistic vision of this society that builds itself from scratch and that isn’t that different from ours. And the universe they live in is so well-described you feel you are here with them.

Despite many revelations, many mysteries subside and I can’t wait to read what happens next. I think you can feel very soon the fact that the story was written by a man. The way violence and human relationships are mentioned in this novel is representative of the approach taken by male writers in YA literature. In short, a memorable read and I will mostly remember the feelings it provoked in me. I highly recommend it but be careful if you’re sensitive, as I said earlier, because this book can be upsetting. A lot of good things to take from it but there also are less positive things, such as the lengthy parts and scenes that were too disgusting for me.

Pages: 384

Price: $6.04. You can buy it here

Genre: Young-Adult, Thriller, Sci-fi. Age 14+

Author: Scott Sigler

Rating: 4 out of 5 stars

Sans titre

logo challenge

13/35

12 thoughts on “Review – critique: The Generations 1, Alive

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s