Review – Critique: House of Night, 1 (La Maison de la Nuit, TOME 1)

three stars

I’ll write first in English, and then in French. It’s not a translation, I am just writing first in English and then in French so it can’t be exactly the same. (Première partie en Anglais, deuxième partie en Français, descendez un peu).

ENGLISH

House of Night, book 1: Marked

Book description: In this first book in the series, Zoey enters the House of Night, a school where, after having undergone the Change, she will train to become an adult vampire–that is, if she makes it through the Change. Not all of those who are chosen do. It’s tough to begin a new life, away from her parents and friends, and on top of that, Zoey finds she is no average fledgling. She has been Marked as special by the vampyre Goddess, Nyx. But she is not the only fledgling at the House of Night with special powers. When she discovers that the leader of the Dark Daughters, the school’s most elite club, is misusing her Goddess-given gifts, Zoey must look deep within herself for the courage to embrace her destiny–with a little help from her new vampyre friends.

So, what did I think about this book?

I found Marked in a book exchange box in the street. I had often see the House of Night series in bookshops and I didn’t hesitate to take it when I saw it. I was very lucky a few weeks later because I found the books 2 and 3 for €2 each in a used book sale. Yet, the books stayed for a long time on my shelf and I recently decided to read them because it is easy to buy them second-hand in Paris and I wanted to decide whether I was going to buy the rest of the series or not. Since then, I had talked with a few friends who had read them and didn’t enjoy the series and seen a lot of bad reviews. Still, I wanted to have my own opinion.

I understand the bad reviews for this first book but it wasn’t that bad either. The plot makes sense and doesn’t go in every direction like The Vampire Diaries novels in which there was no logic in my opinion. This is the most important for me. However, I wasn’t too thrilled either because there are too many flaws in this book. I was lost from the very beginning when the protagonist is “marked” by a vampire in her high school, everyone seems to know what a vampire is. When this happened I didn’t know if the whole world was supposed to know about the existence of vampires or not and if the novel was set in our universe or not. I think a little introduction would have been great. I just saw that it was explained in the book description of the original version but it wasn’t explained in the French version that I read.

The biggest problem with this book was the writing style. I thought something was wrong from the very beginning but I wasn’t able to tell what it was and it made me roll my eyes several times. When I read the acknowledgments, I wasn’t surprised to see P.C. Cast thanking her daughter for helping her to write like young people do. For me, it is exactly the thing not to do. When you write for teenagers, you should never underestimate them and bring the language level down. The reader doesn’t want to be taken for a child and it will get on their nerves. You can also feel that the novel is getting a bit old and some parts of it are out of date, especially for the vocabulary. That’s the problem when you want to use young people’s vocabulary because it changes too quickly. I am even out of date with teenagers’ slang today myself. And you can feel that the author doesn’t always have a good opinion of teenagers, which is a bit of a shame in a novel for teenagers. She criticizes the emo style several times (yep, the novel is from back then), criticizes girls who wear black eyeliner, and she hates slim jeans. Honestly, when I read sentences such as “how can you think it is pretty?” or “it makes her look really fat even though she is slim”, I feel attacked.

The novel is rather short and the action happens too quickly, nothing is developed enough for me. I thought it was meant for a Young Adult audience but when I started reading it I thought it was for younger readers, around 10-12 years. It is probably for this that the action happens so quickly and there are no longer parts for description or suspense. As it is meant for a younger public who reads more slowly, the readers will probably be happy to see that there are no slower parts.

Another problem is that the characters are all stereotyped. It makes things easier for young readers because it will help them notice all the different types of characters but I have seen the same characters so many times and there were more complex and interesting than they were in this novel. The protagonist is the perfect cliché of the teenager who is desperately trying to fit in but is the chosen one. She never stops to think about anything and it is so annoying because she seriously looks like an idiot. Her new friends are super loyal to her after a single conversation and agree with everything she does. The “villain” of the story has no story and she is just mean to be mean. She likes being mean so much that she doesn’t even take time to plot or to think and she is just ridiculous.

By now you have understood that I thought there were more flaws than qualities in this novel but it is only the first book in a long series which has had a lot of success for years and in many different countries so I will definitely try to read more of these books. Oddly, I got attached to Zoey and I am really interested to see the rest of her transformation into a vampire. There are good and bad things in this novel, but I would really recommend it to young readers.

Pages: 306

Price: $5.80. You can buy it here.

Genre: Teen, Paranormal, Vampires. Age 11+

Author: P.C. and Kristin Clark

Rating: 3 out of 5 stars

Sans titre

FRANÇAIS

La Maison de la Nuit, tome 1 : Marquée

Quatrième de couverture : Entrez dans la Maison de la Nuit à vos risques et périls.  Dans un monde qui pourrait être le nôtre vit Zoey Redbird, une adolescente presque comme les autres… Un soir après les cours, un jeune homme inquiétant s’approche d’elle. Soudain, il la désigne du doigt et lui dit : ” Zoey, ta mort sera ta renaissance, ton destin t’attend à la Maison de la Nuit. ” À ces mots, une marque mystérieuse apparaît sur son front. Zoey est terrifiée mais – elle le sait – elle doit intégrer le pensionnat où sont formés les futurs vampires, pour y réussir sa Transformation ou… mourir.

Qu’est-ce que j’en ai pensé ?

J’avais trouvé Marquée dans une boîte d’échange de livres dans la rue. J’avais souvent vu les couvertures de la saga La Maison de la Nuit en librairie et je n’ai donc pas hésité à me servir. Coup de chance, quelques semaines plus tard je trouvais les tomes 2 et 3 à deux euros chacun dans un vide-grenier. Pourtant ces trois livres ont longtemps traîné sur mes étagères et je me suis décidé à les lire car on trouve facilement la suite d’occasion à Paris et je voulais me faire un avis pour savoir si je souhaitais me les procurer avant de repartir dans le sud pour l’été ou non. Entre temps, j’ai lu quelques avis et j’en ai discuté avec des amies qui les avaient lus et les avis se sont révélés principalement mauvais. J’avais tout de même envie de me faire ma propre opinion.

Je comprends les critiques qui puissent être faites à ce premier tome mais ce n’était pas non plus si mauvais que ça. L’intrigue tient vraiment la route et ne part pas dans tous les sens, contrairement au Journal d’un Vampire auquel je n’avais trouvé aucune logique. Le principal est donc respecté pour moi. En revanche, je ne suis pas hyper emballée non plus car il y a beaucoup trop de défauts à mon goût. Déjà, dès le début, j’ai été un peu perdue. Lorsque l’héroïne est « marquée » par un vampire à son lycée, tout le monde semble savoir ce qu’est un vampire. Du coup, je n’ai pas compris si l’existence des vampires était censée être connue de tous ou non et si le livre se passait dans notre univers ou pas. Je pense qu’une petite introduction aurait été la bienvenue.

Le principal défaut du roman est le style d’écriture. J’ai trouvé que quelque chose clochait dès le début sans réussir à mettre la main dessus et cela m’a fait lever les yeux au ciel plusieurs fois. Lorsque j’ai lu les remerciements, cela ne m’a pas surpris de voir P.C. Cast remercier sa fille de lui avoir permis « d’écrire comme les jeunes ». Pour moi, c’est typiquement le genre d’erreur à ne pas faire. Quand on écrit pour les ados, cela ne sert à rien de rabaisser le niveau de langage et de se dire que l’on écrit uniquement pour eux. Le lecteur n’a pas envie d’être pris pour un enfant et cela va avoir tendance à l’énerver qu’on lui parle sur ce ton. De plus, on sent que le roman date un peu et certains éléments sont un peu dépassés, surtout au niveau du vocabulaire. Et oui, c’est le problème quand on veut écrire avec le vocabulaire des jeunes qui évolue trop rapidement. Même moi je suis déjà dépassée par rapport aux adolescents qui sont au lycée aujourd’hui. Et on sent que l’auteure a certains a priori sur les adolescents, ce qui n’est pas top dans un roman pour ados quand même. Elle critique le style emo à plusieurs reprises (et oui, le roman date de cette époque), elle critique les filles qui se mettent du khôl autour des yeux, et elle déteste les jeans slim. Franchement, quand je lis des phrases comme « comment peut-on trouver ça beau ? » ou « ça lui fait des fesses énormes alors qu’elle est mince », je me sens un peu attaquée.

Le roman est plutôt court et les actions se déroulent rapidement et manquent de développement à mon goût. Je pensais qu’il s’adressait à un public Young-Adult mais lors de ma lecture j’ai trouvé qu’il s’adressait à de jeunes lecteurs, plutôt de 10-12 ans. C’est probablement pour cela que les actions sont si rapides et qu’il y a peu de temps morts pour les descriptions ou les montées de suspense. Etant donné que cela s’adresse à un public jeune qui lit plus lentement, les lecteurs seront probablement ravis de ne pas voir le roman traîner en longueur.

Autre problème, les personnages sont vraiment trop stéréotypés. Cela facilite les choses pour les jeunes lecteurs qui repéreront facilement les types de personnages mais c’est du déjà vu et revu pour des lecteurs comme moi qui ont lu énormément et croisé des tas de personnages complexes et plus intéressants. L’héroïne est le cliché même de l’adolescente qui cherche absolument à s’intégrer et qui est élue pour faire de grandes choses. Elle ne réfléchit à rien et c’est absolument insupportable de suivre les aventures d’une fille qui passe vraiment pour une idiote. Ses nouveaux amis sont hyper loyaux au bout d’une conversation seulement et approuvent la moindre de ses actions. La méchante de l’histoire n’a aucune histoire constructive et elle est tout simplement méchante pour être méchante. Elle aime tellement faire sa peste qu’elle ne prend pas même le temps de comploter ou de réfléchir à ce qu’elle fait et que ça en devient ridicule.

Vous l’avez compris mais il y avait pour moi davantage de défauts que de bons points pour ce roman mais il ne s’agit que du premier tome d’une longue saga qui fonctionne depuis des années et dans de nombreux pays alors je vais bien entendu laisser sa chance à la suite, surtout que j’ai déjà les deux tomes suivants en ma possession. Bizarrement, je me suis attachée à l’héroïne et j’ai véritablement envie de connaître la suite de sa transformation en vampire. Il y a du bon et du moins bon, mais je le recommanderais vraiment pour de plus jeunes lecteurs.

Pages : 336

Prix : 7,40 euros. Vous pouvez l’acheter ici.

Genre : Ados, Paranormal, Vampires. Age 11+

Auteur : P.C. et Kristin Clark

Note : 12/20

Sans titre

logo challenge

20/35

2 thoughts on “Review – Critique: House of Night, 1 (La Maison de la Nuit, TOME 1)

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s