REVIEW – CRITIQUE: All the light we cannot see (Toute la lumière que nous ne pouvons voir)

two stars

I’ll write first in English, and then in French. It’s not a translation, I am just writing first in English and then in French so it can’t be exactly the same. (Première partie en anglais, deuxième partie en français, descendez un peu).

FRANÇAIS

All the light we cannot see

Book description: Marie-Laure lives with her father in Paris near the Museum of Natural History, where he works as the master of its thousands of locks. When she is six, Marie-Laure goes blind and her father builds a perfect miniature of their neighborhood so she can memorize it by touch and navigate her way home. When she is twelve, the Nazis occupy Paris and father and daughter flee to the walled citadel of Saint-Malo, where Marie-Laure’s reclusive great-uncle lives in a tall house by the sea. With them they carry what might be the museum’s most valuable and dangerous jewel. In a mining town in Germany, the orphan Werner grows up with his younger sister, enchanted by a crude radio they find. Werner becomes an expert at building and fixing these crucial new instruments, a talent that wins him a place at a brutal academy for Hitler Youth, then a special assignment to track the resistance. More and more aware of the human cost of his intelligence, Werner travels through the heart of the war and, finally, into Saint-Malo, where his story and Marie-Laure’s converge.

Qu’est-ce que j’en ai pensé ?

I had a hard time finishing this novel. It is not that it is badly written, you will find lots of good reviews of this book and I can’t say the writing is bad. However, I didn’t like the style because it was too descriptive and narrative. From the beginning, it felt like reading a long prologue and never getting into the story. The problem comes from the fact that the plot opens on a scene and the rest of the novel is told as flashbacks after that. The waiting to get into the present was way too long for me.

The plot was long and lacked of action. I was bored for several very long parts and I didn’t get attached to the characters. The two main character’s stories are parallel and they only share a short time together. I knew I had started a serious novel but I was expecting more of it, I didn’t think it was as gripping as other novels about war. By the way, this book made me think of the kind of books you could read for school but it is not exactly what I enjoy reading during my free time.

A new audio book for me and I can assure you it is not because I listened to it as an audio book that I didn’t enjoy the book, I even liked the music a lot. I just don’t have a good memory of the story. I finished it over a month ago because I had decided, just like other French bloggers such as Nine, to read a novel about WWII around 8 May to take part in war commemoration in my way. I haven’t had time to write my review since then and it is hard to write about a novel you didn’t particularly like and finished so long ago. I am really disappointed not to have enjoyed this novel as I heard so many good things for so long, but not everyone can enjoy every book on earth.

I would have liked a more conventional way of writing. The flashback style really bothered me. Also, I didn’t like the fact that the two protagonists shared so little in the novel. Still, I believe it is an interesting book to know more about history and especially about the German vision of things which is not often mentioned in literature.

Pages : 531

Price: $16.20. You can buy it here.

Genre: Historical fiction, WWII, Adult.

Author: Anthony Doerr

Rating: 2 out of 5 stars

Sans titre

FRANÇAIS

Toute la lumière que nous ne pouvons voir

Quatrième de couverture : Véritable phénomène d’édition aux États-Unis, le roman d Anthony Doerr possède la puissance et le souffle des chefs-d’oeuvre. Magnifiquement écrit, captivant de bout en bout, il nous entraîne du Paris de l’Occupation à l’effervescence de la Libération, dans le sillage de deux héros dont la guerre va bouleverser l existence : Marie-Laure, une jeune aveugle, réfugiée avec son père à Saint-Malo, et Werner, un orphelin, véritable génie des transmissions électromagnétiques, dont les talents sont exploités par la Wehrmacht pour briser la Résistance. En entrecroisant le destin de ces deux personnages, ennemis malgré eux, dans le décor crépusculaire d une ville pilonnée par les bombes, Doerr offre un roman soigneusement documenté et une fresque d’une beauté envoûtante.

Qu’est-ce que j’en ai pensé ?

J’ai eu beaucoup de mal à terminer ce roman. Ce n’est pas qu’il est mal écrit, vous trouverez de nombreuses chroniques élogieuses de ce livre et je ne pourrais pas dire le contraire au niveau de l’écriture. Cependant, je n’ai pas accroché avec le style que j’ai trouvé trop descriptif et narratif. Tout du long, j’ai eu l’impression de rentrer dans un long prologue et de ne jamais passer à un récit ancré dans le présent. Le problème vient du fait que le récit démarre sur une scène et que tout le reste du roman se présente sous forme de flashbacks. L’attente pour revenir au présent est beaucoup trop longue à mon goût.

J’ai trouvé le récit long et faible en action pour ma part. Je me suis ennuyée sur de très longues parties et je ne me suis pas vraiment attachée aux personnages. Les deux personnages principaux ont des récits croisés et ne se croisent qu’à un court moment du roman. Je savais que j’étais partie sur une histoire sérieuse mais je ne l’ai pas trouvée aussi poignante que d’autres romans sur le thème de la guerre. Ce livre m’a d’ailleurs fait penser à un livre que l’on pourrait lire pour les cours mais ce n’est pas vraiment ce que j’ai envie de lire pendant mon temps libre.

Une nouvelle lecture audio pour moi et je peux vous assurer que ce n’est pas ce format qui m’a fait moins apprécier ma lecture, j’ai même beaucoup aimé la musique qui l’accompagnait. Je ne garde tout simplement pas un très bon souvenir de l’histoire. Je l’ai terminé il y a environ un mois car j’avais décidé, tout comme Nine, de lire un roman sur la seconde guerre mondiale aux environs du 8 mai afin de participer à la mémoire de la guerre à ma manière. Je n’ai pas eu le temps d’écrire ma chronique depuis et j’ai du mal à écrire sur un livre que je n’ai pas particulièrement apprécié après autant de temps. Je suis déçue de ne pas avoir apprécié ce roman alors que j’en entendais parler depuis aussi longtemps mais tous les livres ne peuvent pas plaire à tout le monde.

J’aurais aimé un développement plus régulier et habituel. Le format flashback m’a vraiment dérangée. De plus, je n’ai pas aimé le fait que les deux personnages principaux se croisent aussi peu dans le roman.  En revanche, je pense qu’il s’agit d’un livre intéressant pour en savoir plus sur l’histoire et notamment sur la vision allemande des choses qui est souvent absente dans la littérature.

Pages : 600

Prix : 23,49 euros. Vous pouvez l’acheter ici.

Genre : Adultes, fiction historique, Seconde guerre mondiale.

Auteur : Anthony Doerr

Note : 09/20

Sans titre

6 thoughts on “REVIEW – CRITIQUE: All the light we cannot see (Toute la lumière que nous ne pouvons voir)

  1. atouchofbluemarine says:

    Et bien Marine, je suis entièrement d’accord avec toi. Je l’ai lu il y a 3 semaines et je n’ai pas écrit de chronique non plus jusqu’ici. Je n’en ai pas envie car je n’ai pas apprécié plus que cela. J’ai eu dur à le terminer et pour un Pulitzer.. j’ai été déçue. Cela me rassure de voir que je ne suis pas la seule ! Je te souhaite de meilleures lectures pour l’été ! Bisous

    • marinesbooks says:

      J’avais l’impression d’être la seule à avoir cette opinion quand je vois les notes qu’il a habituellement 😂 c’est vrai que pour un Pulitzer c’est décevant:/ je te souhaite aussi de meilleures lectures ! Bisous

  2. Parneet @ The Enchanted Book says:

    Great review! J’aimais beaucoup lire la partie en français! Je n’ai pas lu ce livre mais c’est dans ma pile à lire. Merci pour cette critique, je pense que je ne voudrais pas ce livre. Ce n’est pas du tout à mon goût🙂 À mon avis, les personnages constituent la partie la plus importante.

  3. Ma toute petite culture says:

    Aouch… Je n’avais pas été emballée à 100% non plus par ce roman, malgré ses prix et ses critiques plus qu’élogieuses. J’avais du mal à m’y intéresser et je trouvais qu’effectivement c’était très long. Mais je garde le souvenir d’une plume magnifique !

  4. Stellade says:

    Vous me rassurez car j’étais pleine d’enthousiasme mais j’ai décroché à la moitié…Le style d’écriture m’a beaucoup plu mais le fond , trop lent.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s