REVIEW – CRITIQUE: Le livre des Baltimore

three stars

I’ll write first in French, and then in English. It’s not a translation, I am just writing first in French and then in English so it can’t be exactly the same. (Première partie en français, deuxième partie en anglais, descendez un peu).

FRANÇAIS

Le livre des Baltimore

Quatrième de couverture : Jusqu au jour du Drame, il y avait deux familles Goldman. Les Goldman-de-Baltimore et les Goldman-de-Montclair. Les Goldman-de-Montclair, dont est issu Marcus Goldman, l’auteur de La Vérité sur l’Affaire Harry Quebert, sont une famille de la classe moyenne, habitant une petite maison à Montclair, dans le New Jersey. Les Goldman-de-Baltimore sont une famille prospère à qui tout sourit, vivant dans une luxueuse maison d une banlieue riche de Baltimore, à qui Marcus vouait une admiration sans borne. Huit ans après le Drame, c est l histoire de sa famille que Marcus Goldman décide cette fois de raconter, lorsqu’en février 2012, il quitte l hiver new-yorkais pour la chaleur tropicale de Boca Raton, en Floride, où il vient s atteler à son prochain roman. Au gré des souvenirs de sa jeunesse, Marcus revient sur la vie et le destin des Goldman-de-Baltimore et la fascination qu il éprouva jadis pour cette famille de l Amérique huppée, entre les vacances à Miami, la maison de vacances dans les Hamptons et les frasques dans les écoles privées. Mais les années passent et le vernis des Baltimore s’effrite à mesure que le Drame se profile. Jusqu au jour où tout bascule. Et cette question qui hante Marcus depuis : qu’est-il vraiment arrivé aux Goldman-de-Baltimore ?

Qu’est-ce que j’en ai pensé ?

J’ai accumulé un petit peu de retard dans mes chroniques et il s’agit d’un livre que j’ai lu en 2016 et non pas encore cette année ! D’ailleurs, je ne l’ai pas lu mais écouté et j’ai énormément apprécié le narrateur. Harry Québert avait été un énorme coup de cœur pour moi, qui plus est dans un genre que je n’apprécie pas particulièrement d’habitude, et lorsque j’ai entendu parler d’une « sorte » de suite, il me fallait absolument la lire. Mais à force d’attendre une version poche qui ne sortait toujours pas, j’ai décidé de me lancer dans le livre audio avec Audible, étant donné que je suis partenaire. Mais avec l’abonnement, il vous revient au prix d’un livre poche. D’ailleurs, si vous aussi vous n’en pouvez plus d’attendre la version poche, n’hésitez pas à utiliser votre version d’essai gratuite pour laquelle je vous transmettrai un lien un peu plus bas ou, si vous avez déjà utilisé votre essai, à me demander à ce que je vous l’envoie, puisque votre premier livre envoyé est offert, peu importe si vous avez déjà utilisé une version d’essai. Bref, on retourne à mon avis sur ce roman !

J’avais hâte de retrouver Marcus, mais à vrai dire j’ai eu peine à croire qu’il s’agissait du même personnage, il n’y a aucun clin d’œil, aucun détail qui m’a à un moment fait penser « ah oui, c’est vrai ! » entre les deux romans. Aucune mention de ses études à l’université, c’est la déception. Pareil, sa mère qui m’avait fait rire dans le premier roman n’était plus du tout la même. Je trouvais que rien ne concordait et j’aurais presque préféré que le livre se passe avec des personnages différents car mon cerveau, qui recherche toujours la logique, n’a pas réussi à reconnaître les personnages et cela m’a fortement perturbée au cours de ma lecture.

Au niveau du contenu, c’est tout de même plutôt long. Dès le début du roman, on vous parle d’un drame et d’un roman à suspense qui va chercher à découvrir la vérité. Sauf que voilà, le drame on se doute bien de ce que c’est, il ne reste plus qu’à comprendre comment il s’est passé. Et pour en arriver là, l’auteur ne cesse de mentionner « le Drame » toutes les dix pages. Plus qu’une véritable curiosité pour découvrir ce qui s’était passé, dès la moitié du roman c’était plutôt de l’agacement qui me poussait à vouloir enfin savoir ce qui s’était passé. Je n’en pouvais plus ! Chaque fois que le « Drame » était mentionné, toujours dans les mêmes termes et dans le même type de phrase, j’avais les dents qui grinçaient.

On découvre l’enfance, l’adolescence et le passage à l’âge adulte de trois cousins dans deux familles assez différentes. Le jeune Marcus ne peut qu’admirer son oncle, sa femme et ses cousins riches à qui tout sourit, que leurs grands-parents semblent préférer, et qui vont à l’école privée. La beauté de ce roman, c’est la vision que l’on peut avoir des choses, confrontée à la réalité qui se découvre peu à peu. Les attentes et les déceptions des enfants vis-à-vis de leurs parents et des parents envers leurs enfants. Des relations fragiles qui se forment et se déforment seulement sur des présomptions. J’ai beaucoup aimé les personnages, même s’il ne me semble en avoir retrouvé aucun du livre précédent, car ils ont tous un passé, un caractère, des défauts et des qualités qui leurs sont propres. Cependant, je n’avais pas nécessairement besoin d’autant de détails et de scènes de leur enfance, j’ai trouvé cela long, répétitif, et parfois un peu ennuyée. Les nombreux flashbacks et les années entrecroisées m’ont perdue par moments car je n’arrivais plus à me rappeler en quelle année on l’était et si ce qu’il racontait se situait avant ou après d’autres événements. Ce n’est pas un format dont je suis hyper fan. J’ai également été perdue par les contrastes entre les visions de Marcus de son oncle et de ses cousins et la réalité, qui se présentait parfois à moi comme des contradictions et je ne comprenais pas s’il s’agissait encore des mêmes personnages ou si je m’étais mélangée les pinceaux.

Je ne savais pas à quoi m’attendre en entamant ce roman, mais je m’attendais à plus de dynamisme, à retrouver le style de l’auteur que j’avais découvert. Je me suis retrouvée face à un roman qui m’a rappelée Steinbeck, que l’auteur cite d’ailleurs parmi ses références. C’est un beau roman mais très différent, et cela ne veut pas nécessairement dire que parce que vous avez aimé l’un, vous aimerez l’autre.

Pages : 480

Prix : 22 euros. Vous pouvez l’acheter ici.

Téléchargez votre premier livre audio gratuitement ici.

Genre : Adulte, Drame, Fiction.

Auteur : Joël Dicker

Note : 14/20

Sans titre

ENGLISH

Le livre des Baltimore (The book of the Baltimores)

Not translated yet

Book description: Until the day of the Tragedy, there were two Goldman families. The Goldman Baltimore and the Goldman Montclair. Marcus Goldman descends from the Goldman Montclair, a middle class family living in a small house in Montclair, New Jersey. The Goldman Baltimore is a prosperous family who are always friendly and live in a luxurious home in a wealthy suburb of Baltimore. Marcus has always felt respect and admiration for them. Eight years after the Tragedy, Marcus Goldman decides to tell the unusual story of his own family. So, in February 2012 he leaves the New York winter and heads on to the tropical heat of Boca Raton, Florida, where he starts his new novel.

So, what did I think about this book?

It seems that this book wasn’t released in English for now, even though the Truth about the Harry Québert Affair has been published in English. This isn’t a book I read in 2017, I’m just running late on a couple of reviews. By the way, I didn’t read it but listened to it and really enjoyed the reader. I had fell in love with the Harry Quebert book, which was a genre that I don’t often read, and when I heard about some kind of sequel, I absolutely had to read it. I waited for a while for the pocket version to be released but ended up listening to the audiobook as it didn’t seem to be happening.

I was eager to read more about Marcus, but to be honest I had trouble thinking it was the same character, there was not a single reference to the other book that made me think “oh right, that’s why!”. No mention about his studies at university, I was kind of disappointed. Also, his mother that made me laugh so much in the first book was nothing like that. I thought that nothing matched and I almost wish the book were with different characters because my mind, which always want things to be logical, couldn’t recognize the characters and this seriously bothered me while reading.

Regarding the content, I have to say the book was rather long. From the very beginning, you are told about a tragedy and a novel with a lot of suspense that will slowly lead you to find out the truth. The thing is that you have an idea what the tragedy is, the only thing is to understand what happened. And to get there, the author never stops mentioning “the Tragedy” every ten pages. Rather than being truly curious about what happened, it was rather because I was annoyed that I wanted to know what happened. I couldn’t stand it anymore. Every time “the Tragedy” was mentioned, always in the same kind of sentences, I thought I was going to commit murder.

In this novel, you read about the childhood, teenage years, and university years of three cousins in two rather different families. Young Marcus cannot help but admiring his uncle, his wife and his rich cousins who succeed in everything, who are their grandparents’ favorites, and who go to prestigious private schools. The beautiful thing in this novel is the vision you can have about some things, compared the reality of things you discover slowly. The expectations and disappointments from children about their parents and their parents about their children. Relationships are fragile things and can be built or destroyed just on conjectures. I really liked the characters, even though I don’t feel like they were the same as the previous books, because they all have a past, some personality, and qualities and flaws that make them who they are. Yet, I didn’t really need some many details and childhood scenes, I thought it was long, repetitive, and got me bored several times. The many flashbacks and different years in the chapters lost me and I sometimes couldn’t remember if what I was reading happened before or after other events. I am not a big fan of novels with so many different time lapses. I was also lost by the contrast between Marcus’ vision about his uncle and cousins and the truth, which sometimes felt like a contradiction, I wasn’t sure if they were still the same characters or if I was confused.

I didn’t know what to expect with this novel, but I was expecting it to be more dynamic, to meet again with the author’s style that I had loved so much. I ended up with a novel that reminded me of Steinbeck, that the author mentioned as one of his references. It is a beautiful but really different novel from the first one, and it isn’t because you loved one that you will necessarily love the other.

Pages: 480

Price: 22 euros. You can buy it here (French Amazon).

Genre: Adult, Drama, Fiction.

Author: Joël Dicker

Rating: 3 out of 5 stars

Sans titre

Advertisements

2 thoughts on “REVIEW – CRITIQUE: Le livre des Baltimore

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s