REVIEW – CRITIQUE: Wintergirls (Je suis une fille de l’hiver)

four stars

I’ll write first in French, and then in English. It’s not a translation, I am just writing first in French and then in English so it can’t be exactly the same. (Première partie en français, deuxième partie en anglais).

FRANÇAIS

Je suis une fille de l’hiver

Quatrième de couverture : Lia et Cassie étaient meilleures amies depuis l’école primaire, chacune a développé son propre trouble alimentaire qui ne les mène nulle part si ce n’est au désastre. Les ” filles de l’hiver “, prisonnières de glace dans des corps fragiles, et concurrentes dans la course mortelle à la minceur. Maintenant qu’elles ont 18 ans, elle se sont éloignées l’une de l’autre. Malgré ça, Cassie a appelé Lia 33 fois la nuit de sa mort. Celle-ci n’a jamais répondu. Lia se retrouve seule, hantée par le souvenir de son amie, ravagée par la culpabilité de n’avoir pas pu la sauver, obsédée par son besoin d’être mince, et son combat pour accepter son corps. Le tout se mèle dans un monologue intérieur presque poétique piégé dans une narration étonnamment vive et juste. Dans son roman le plus émouvant depuis Vous parler de ça, Laurie Halse Anderson explore le combat d’une jeune fille, son chemin douloureux vers la guérison, et ses tentatives désespérées pour se raccrocher à ce qui est le plus important : l’espoir. Ce qui nous intéresse finalement n’est pas ce qui lui se passe à la fin mais bien le voyage que nous entreprenons aux côtés de Lia dans sa lente agonie, sa douleur inexplicable et sa tentative de donner un sens à sa vie.

Qu’est-ce que j’en ai pensé ?

Un grand merci à la collection La Belle Colère pour l’envoi de ce service presse. La version anglaise était dans ma wishlist depuis bien longtemps et ça a donc été pour moi l’occasion de découvrir un livre que j’avais envie de lire depuis un bon moment ! Le thème me tenait vraiment à cœur car une bonne partie de mes amies a souffert ou souffre actuellement d’anorexie et que c’est un sujet qui me touche donc de près.

La première chose qui m’a marquée dans ce roman, c’est que le style est très original. Les phrases sont courtes, la présentation change parfois d’un chapitre à l’autre. Plusieurs phrases sont barrées car l’héroïne tente de se mentir à elle-même, se forçant à effacer ce qu’elle pense au moment même où elle le pense. Cependant, on sent parfois un peu trop la traduction, ce qui fait que le style est un peu étrange en français. Plusieurs choses sont également un peu trop « localisées », c’est-à-dire que la traduction adapte certains concepts à la France, ce que je trouve plutôt étrange étant donné que l’histoire se passe aux Etats-Unis. Je pense que j’aurais davantage apprécié ce livre si je l’avais lu en VO, mais peut-être que cela est dû au fait que je suis moi-même traductrice et que j’ai parfois tendance à être très gênée par les traductions.

Même si j’aurais peut-être apprécié un peu plus le livre en VO, il n’empêche que ce roman m’a énormément touchée et que j’ai adoré le lire ! L’originalité de son écriture est l’un des points qui m’a le plus marquée. La façon dont Lia s’enfonce dans l’anorexie et la culpabilité est incroyablement bien amenée dans le style d’écriture. J’ai peut-être trouvé le début trop abrupt, notamment lorsqu’il est dit que Lia pesait 46 kilos (il me semble) lorsqu’elle a été hospitalisée la première fois alors que ce n’est pas vraiment un poids pour lequel vous seriez hospitalisée. En revanche, plus le roman avance et plus la folie semble s’emparer d’elle et j’en suis même venue à me demander comment le roman allait terminer et avoir un peu peur d’arriver à la fin.

Ce livre est doté d’un univers bien particulier, à la fois original, addictif et troublant. Je pense que même si l’on n’a jamais connu de troubles alimentaires, on peut se mettre facilement dans la peau de l’héroïne. Pour ma part, je me suis beaucoup identifiée à elle, même si je ne me suis jamais retrouvée dans un état aussi grave que Lia. On découvre l’étrange amitié fusionnelle mais également toxique de Lia et Cassie qui ont fait le pacte d’être les filles les plus minces de l’école, jusqu’à ce que mort s’ensuive j’ai envie de dire. Lorsque Cassie est retrouvée morte et que Lia se rend compte qu’elle l’a appelée 33 fois le soir de sa mort, c’est la rechute assurée pour une jeune fille aussi fragile et perdue que Lia. Ses émotions sont extrêmement bien transmises à travers le roman et elle m’a emmenée avec elle dans les plus sombres recoins de son esprit.

Un roman bouleversant sur le plan psychologique qui peut être vraiment intéressant à lire si vous recherchez une lecture forte et qui ne soit pas nécessairement pleine d’action. Il y a peu de romans qui abordent les troubles alimentaires avec autant de profondeur et de justesse et je pense vraiment qu’il vaut le coup d’être lu, même si je vous recommanderais peut-être la VO si vous vous sentez d’attaque, car je pense que le style de l’auteur a une grande importance dans ce récit. En tout cas, je suis ravie de cette découverte chez La Belle Colère qui publie décidément de vraies petites perles.

Autres chroniques de la collection :

Pages : 315

Prix : 20 euros. Vous pouvez l’acheter ici

Genre : Young-adult, Contemporain, Troubles alimentaires. Age 13 +

Auteur : Laurie Halse Anderson

Note : 16 / 20

Sans titre

ENGLISH

Wintergirls

Book description: Lia and Cassie are best friends, wintergirls frozen in fragile bodies, competitors in a deadly contest to see who can be the thinnest. But then Cassie suffers the ultimate loss-her life-and Lia is left behind, haunted by her friend’s memory and racked with guilt for not being able to help save her. In her most powerfully moving novel since Speak, award-winning author Laurie Halse Anderson explores Lia’s struggle, her painful path to recovery, and her desperate attempts to hold on to the most important thing of all: hope.

So, what did I think about this book?

I’d really like to thank the French publisher for sending me a review copy. I had wanted to read the original version for so long, so I was really happy to finally be able to read it! It is a topic I care a lot about because many of my friends have suffered or are suffering from anorexia at the moment and that I can highly relate to books dealing with this topic.

The first thing that I noticed in this novel is the very original writing style. The sentences are short, the way it is written can sometimes even change between a chapter and another. Lots of sentences are crossed because the protagonist tries to lie to herself, forcing herself to delete what she thinks at the moment when she thinks it. Yet, I thought I noticed a bit too much that it had been translated, which made the writing style a bit weird in French. I think I might have enjoyed the book even more in its original version, but this might be due to the fact that I am a translator myself and I am very picky.

I was still extremely moved by the novel and had a great time reading it! The singularity of its writing is one of the things that I will most remember from it. The way that Lias goes into anorexia and guilt is extremely well handled. I may have thought the beginning was a bit too sudden, especially when it is mentioned that Lia was around 46 kg when she went to the hospital for the first time and let me tell you, you wouldn’t go to the hospital just because of this weight. However, the more I went into the novel the more Lia seemed to become crazy and I ended up wondering how it would end, even being worried about its ending.

The book has its very own universe, it is original, addictive and upsetting. I think that even though you have never faced eating disorders you will easily understand what she is facing. As for me, I totally understood what she was going through even though things never got as bad for me. We also discover the weird friendship, both intense and toxic between Lia and Cassie who swore they would be the skinniest girls in school, and until that leads them to death I might add. When Cassie is found dead and Lia realizes she has called her 33 times, she falls back into eating disorders. Her feelings are extremely well described throughout the novel and she took me to the darkest places of her mind.

A moving novel on the psychological aspect that could really be interesting if you’re looking for a strong story that might not necessarily be full of action. There are few novels about eating disorders that feel so documented and right and I really think it is worth reading it.

Pages: 304

Price: $9.95. You can buy it here

Genre: Young-adult, Contemporary, Eating Disorders. Age 13+

Author: Laurie Halse Anderson

Rating: 4 out of 5 stars

Advertisements

4 thoughts on “REVIEW – CRITIQUE: Wintergirls (Je suis une fille de l’hiver)

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s