REVIEW – CRITIQUE : Brooklyn

I’ll write first in English, and then in French. It’s not a translation, I am just writing first in English and then in French so it can’t be exactly the same. (Première partie en anglais, deuxième partie en français).

ENGLISH

Brooklyn

Book description:  When an Irish priest from Brooklyn offers to sponsor Eilis in America, she decides she must go, leaving her fragile mother and her charismatic sister behind. Eilis finds work in a department store on Fulton Street, and when she least expects it, finds love. Tony, who loves the Dodgers and his big Italian family, slowly wins her over with patient charm. But just as Eilis begins to fall in love, devastating news from Ireland threatens the promise of her future.

So, what did I think about this book?

I finally found time to take Brooklyn out of my TBR pile even though I had meant to read it since the movie was released – movie that I’ll be able to see now. It’s always a good thing for me to read some historical fictions because it is a change from all the young adult novels that I usually read. This story is about Eilis, a young Irish girl who is probably between 18 and 22, her age not being mentioned in the novel. The story is set in the 50s just after war. The situation to find a job is rather complicated, and her three brothers had to go to England to find some work, but Eilis can’t find anything in her town despite having a lot of skills. A priest gives her the opportunity to go to the United States for a good job that has promotion possibilities and finds her a place to live in. Even though she doesn’t want to leave her family and her country to go this far, she really can’t turn down such an offer.

I absolutely loved this novel! I enjoyed following this character who was still almost a teenager at the beginning, I mean back then you don’t get to travel, to leave your family, etc. Eilis doesn’t know a thing about what life is outside of her town. I was moved by how naïve she can be in some situations but I mostly enjoyed seeing how she grew in New York. She has to face her first job experience and her first relationships, and she has to manage on her own far from her family. I also enjoyed discovering the Irish community which is quite big in the United States, since Eilis lives in a house in which the landlord only gives rooms to young Irish girls. She also goes to an Irish church, etc. and it’s always nice to see how a whole community can find a way to adapt to a new place but to stay united.

I really liked seeing how life could be different not that far ago. Traveling to New York is so different from now when you can land in the afternoon of the day you leave. Back then, Eilis had to go on a boat for a week on a stormy sea in some of the downstairs cabins where she is sick all the way through to New York. Of course, you don’t get to see your family as you can do nowadays, because you have to think it already takes two weeks for a round trip without taking into account the days you spend home. As you can imagine, it is easy to lose your first job if you leave for that long. There are also lots of things that I liked to read about the differences between now and then. For example, Eilis can only talk with her family through letters that take ages to be delivered. It is the beginning of the end of segregation in the United States. Boys are not allowed in the house she lives in in New York. In short, so many things that sometimes made me laugh and sometimes made me sad.

I really found myself in Eilis and what she says in this story for having lived abroad several times myself. Things that people who have never experienced this may not fully understand when reading this wonderful novel. There also are some tougher parts that I didn’t expect when I started reading this book. In the very last part, Eilis totally annoyed me but, thankfully, the novel ended the way I wanted it to end, even though I would have loved to read a bit more of it.

To sum it up, a short historical fiction that is easy to read. I highly recommend it because it is well-written and it is a great coming-of-age story. A novel that will tell you what it is really like to live abroad and that will make you smile but also shed a tear or two.

Pages: 288

Price: £9.28. You can buy it here. 

Genre: Historical Fiction, Ireland, Romance, Coming-of-age.

Author: Colm Toibin

Rating: 4 out of 5 stars

Sans titre

FRANÇAIS

Brooklyn

Quatrième de couverture : Enniscorthy, sud-est de l’Irlande, années 1950. Comme de nombreux jeunes de sa génération, Eilis Lacey, diplôme de comptabilité en poche, ne parvient pas à trouver du travail. Par l’entremise d’un prêtre, sa sœur Rose obtient pour elle un emploi aux États-Unis. En poussant sa jeune sœur à partir, Rose se sacrifie : elle sera seule désormais pour s’occuper de leur mère veuve et aura peu de chance de se marier. Terrorisée à l’idée de quitter le cocon familial, mais contrainte de se plier à la décision de Rose, Eilis quitte l’Irlande. À Brooklyn, elle loue une chambre dans une pension de famille irlandaise et commence son existence américaine sous la surveillance insistante de la logeuse et des autres locataire

Qu’est-ce que j’en ai pensé ?

J’ai enfin trouvé le temps de sortir Brooklyn de ma PAL alors que j’avais envie de le lire depuis la sortie du film, que je vais maintenant pouvoir regarder. Cela me fait toujours du bien d’alterner des fictions historiques avec le reste de mes lectures pour changer un peu du young-adult. On suit ici Eilis, une jeune fille irlandaise qui doit avoir entre 18 et 22 ans, son âge n’étant pas mentionné dans le roman. L’histoire est située dans les années 1950, juste après la guerre. La situation pour trouver du travail est vraiment compliquée, ses trois frères ont dû se rendre en Angleterre pour avoir un boulot mais Eilis ne trouve rien dans sa petite ville malgré ses compétences. Un prêtre va lui offrir l’occasion de partir aux Etats-Unis pour un bon travail qui offre des possibilités de promotion et il lui trouve même un logement. Même si elle n’a aucune envie de quitter sa famille et son pays pour aller si loin, elle se retrouve dans l’impossibilité de décliner une telle chance.

J’ai adoré ce roman ! J’ai beaucoup aimé suivre ce personnage qui est encore presque une adolescente au début de l’histoire, et oui, à l’époque on ne voyage pas, on ne quitte pas sa famille, etc. Eilis ne connaît rien de la vie à l’extérieur de sa ville. J’ai été touchée par sa naïveté face à de nombreuses situations mais j’ai surtout apprécié la voir grandir à New York. Elle doit vivre ses premières expériences au travail, ses premières relations amoureuses, se débrouiller toute seule très loin de sa famille. J’ai également beaucoup apprécié découvrir la communauté irlandaise très présente aux Etats-Unis, puisqu’elle habite dans une maison où la propriétaire ne loue des chambres qu’à des jeunes filles irlandaises. Elle se rend également à une paroisse irlandaise, etc. et c’est toujours sympa de voir comment une communauté toute entière peut trouver un moyen de s’adapter à un nouvel endroit mais de rester unie.

J’ai beaucoup aimé voir à quel point la vie pouvait être différente il n’y a pas si longtemps que ça. Un voyage à New York est très loin de ce qu’il peut être aujourd’hui où l’on peut arriver l’après-midi même après notre départ. A cette époque, Eilis doit entreprendre un voyage d’une semaine sur une mer houleuse dans des cabines des étages inférieurs où elle passe six jours à être malade. Et bien entendu, on ne rend pas visite à sa famille comme on pourrait le faire aujourd’hui, car il faut déjà compter deux semaines de voyage pour l’aller-retour sans compter les jours passés chez soi. On se rend bien compte qu’un employeur ne risque pas de vous garder pour votre premier travail si vous partez aussi longtemps. Il y a également tout un tas d’autres aspects dans l’histoire qui m’ont énormément plu au niveau des différences entre nos deux époques. Par exemple, Eilis ne peut communiquer avec sa famille que par lettres qui prennent longtemps à être remises. C’est le tout début de la fin de la ségrégation aux Etats-Unis. Les garçons ne sont pas autorisés à entrer dans la maison où elle réside à New York. En bref, tout un tas de choses qui m’ont parfois fait rire et parfois un peu peinée.

Je me suis énormément identifiée à Eilis et à ce qu’elle raconte pour avoir vécu moi-même plusieurs fois à l’étranger. Des choses que les personnes qui n’ont pas encore vécu cette expérience ne pourront pas forcément comprendre en lisant ce magnifique roman. Il y a également des passages difficiles auxquels je ne m’étais pas attendu en commençant ma lecture. Dans la toute dernière partie, Eilis m’a agacée au plus haut point, mais heureusement le roman s’est terminé de a façon dont j’avais envie qu’il se termine, même si j’en aurais bien voulu un peu plus.

En somme, un petit roman historique qui se lit rapidement. Je vous le recommande vivement pour sa jolie écriture et belle histoire d’apprentissage. Un roman qui vous parle vraiment de ce que c’est que vivre à l’étranger et qui va vous faire sourire mais également verser quelques petites larmes.

Pages : 336

Prix :  8,10 euros. Vous pouvez l’acheter ici. 

Genre : Fiction historique, Irlande, Romance, Roman d’apprentissage.

Auteur : Colm Toibin

Note : 16 / 20

Niveau pour la lecture en VO  : C1-C2

Sans titre

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s