REVIEW – CRITIQUE: BEAUTIFUL CREATURES, 1 (16 LUNES)

I’ll write first in English, and then in French. It’s not a translation, I am just writing first in French and then in English so it can’t be exactly the same. (Première partie en anglais, deuxième partie en français, descendez un peu.)

ENGLISH

The Caster ChronicleS, book 1: Beautiful Creatures

Book description: Lena Duchannes is unlike anyone the small Southern town of Gatlin has ever seen, and she’s struggling to conceal her power, and a curse that has haunted her family for generations. But even within the overgrown gardens, murky swamps and crumbling graveyards of the forgotten South, a secret cannot stay hidden forever. Ethan Wate, who has been counting the months until he can escape from Gatlin, is haunted by dreams of a beautiful girl he has never met. When Lena moves into the town’s oldest and most infamous plantation, Ethan is inexplicably drawn to her and determined to uncover the connection between them. In a town with no surprises, one secret could change everything.

So, what did I think about this book?

After being in my wishlist for 8 years and in my TBR pile for 5 years, this first book of the trilogy cowritten by Kami Garcia and Margaret Stohl was officially the oldest book in my TBR (I don’t consider the classics I bought back in high school to be part of my TBR pile). Shortly after buying it, I remember seeing the movie that I didn’t enjoy that much. I also heard lots of opinions saying either you love that book or you hate it. After that, I didn’t feel like I wanted to read it that much anymore. But I absolutely LOVED it! So yes, it was worth waiting all this day for the day where I would crave reading this huge book.

At the beginning, it was a nice surprise to see that the protagonist wasn’t Lena as I was expecting but Ethan. It is quite a change to not see a young girl falling desperately in love with a beautiful guy with supernatural powers from the first pages. But the big surprise with this novel was the dark and magical setting. I loved traveling to the South of the US in North Carolina, with its cotton plantations, voodoo superstitions and its traditions. I also really liked the way the Civil War was often mentioned, this novel turned out to be more cultural than I would have imagined. There are also many American literature references and a beautiful parallelism with To Kill a Mockingbird. This book is so full of American culture that I wonder how the translators handled it around the world. I definitely wasn’t expecting such a dark and oppressing atmosphere, and it reminded me a lot of Witching Savannah by J.D. Horn.

The characters’ southern accent appears clearly in the writing and I had a hard time getting used to it at the very beginning. Once I got used to it, it was easy to imagine their voices while I was reading, which I thought was wonderful. It took me three weeks to read it, but it wasn’t because I had issues with the book. It’s just that it is around 600 pages long, they are quite full, and the font is really small. I have to say I wasn’t expecting it to be such a big book! But I had no regrets at any point, I absolutely loved being able to enjoy Gatlin’s atmosphere for such a long time.

The main characters are young, they are just 15 years old, and it had been a while since I had read a Young Adult novel with such young protagonists. I got really fond of them and I loved the fact that it wasn’t the usual romance between a supernatural character and a human, Lena was also discovering her powers and her family story at the same time as Ethan and the readers. It makes her vulnerable and I thought it was nicer to see her finding out who she really is than already knowing everything about her powers. Her family is quite unique, they are closest to what you would call wizards, but they are still different. I loved the way light and darkness is dealt with in the novel through a family curse. I was never bored, and I was as scared as Lena to see her sixteenth birthday happen. The ending is full of action and broke my heart, I even cried on the plane when I got to the last plot twists of the book!

It had been years since I had enjoyed a book this much, I literally fell in love with the story and the universe. I am a bit nervous because I was told that the second and third books were a bit unrealistic, but I don’t want to be prejudiced about them. I mean, I definitely wasn’t expecting the first book to be such an amazing novel!

Pages: 592

Price: $7.99. You can buy it here

Genre: Young-Adult, Southern Gothic, Paranormal romance. Age 12+

Author: Kami Garcia and Margaret Stohl

Rating: 5 out of 5 stars

Sans titre

FRANÇAIS

Sublimes Créatures, tome 1 : 16 Lunes

Quatrième de couverture : Ethan a longtemps rêvé de cette fille. Elle apparaissait dans un cauchemar où, malgré tous ses efforts, elle tombait sans qu’il puisse la sauver. Il se savait lié à elle d’une façon particulière. Et puis un jour, elle est arrivée en chair et en os au lycée . Elle était belle et mystérieuse. Si Ethan avait su qu’en même temps que cette fille surgirait aussi une malédiction… Il était éperdument amoureux, mais cet amour était perdu d’avance.

Qu’est-ce que j’en ai pensé ?

Après avoir passé environ 8 ans dans ma wishlist et 5 ans dans ma PAL, ce premier tome de la saga co-écrite par Kami Garcia et Margaret Stohl était officiellement le plus vieux livre de ma PAL (je ne compte pas les classiques que j’ai acquis lors de mes années collège et lycée). Peu après l’avoir acheté, je me rappelle vaguement avoir vu le film avec lequel je n’avais pas trop accroché et qui m’avait fait passer l’envie de découvrir le roman. En plus, d’après les avis que j’avais pu entendre, c’est généralement soit on adore soit on déteste. Pour ma part, ça a été un coup de cœur monumental ! Alors oui, ça valait bien la peine d’attendre tout ce temps le jour où je serais enfin dans le bon état d’esprit pour découvrir cette belle brique.

Dès le début, agréable surprise en me rendant compte que le personnage principal n’était pas Lena comme je m’y attendais mais Ethan. Cela change vraiment de ne pas voir une jeune fille tomber raide dingue d’un beau garçon aux pouvoirs paranormaux dès les premières pages. Mais la vraie grosse surprise de ce roman, c’est l’ambiance sombre teintée de magie noire qui y règne. J’ai adoré le dépaysement total qui nous fait découvrir le sud des États-Unis en Caroline du Sud avec ses plantations, ses superstitions vaudou et ses traditions. J’ai aussi beaucoup aimé la façon dont la guerre de sécession est régulièrement abordée, ce qui en a fait un livre bien plus riche culturellement que je n’aurais cru. De nombreuses références à la littérature américaine sont mentionnées et les autrices font de beaux parallèles avec Ne Tirez pas sur l’oiseau moqueur. Ce livre est d’ailleurs tellement imprégné de la culture américaine que je me demande s’il n’a pas fallu changer certaines choses au moment de la traduction. En tout cas, ce qui est sûr, c’est que je ne m’attendais pas à un univers aussi sombre et pesant, cela m’a d’ailleurs beaucoup rappelé La Ligne de J.D. Horn.

Les accents des personnages sont représentés de façon orthographique en anglais et j’ai eu un peu de mal à m’y faire au tout début. Une fois que je m’y suis habituée, j’ai facilement pu m’imaginer leurs voix en lisant, ce que j’ai trouvé merveilleux. J’ai certes passé trois semaines avec ce roman, mais ce n’est pas parce que j’ai eu des problèmes au niveau de la lecture. Il fait tout simplement 600 pages qui sont bien remplies, avec une police d’écriture très petite. Je dois avouer que je ne m’attendais tout simplement pas à me lancer dans un roman aussi long ! Mais je n’ai regretté à aucun moment qu’il soit aussi long, j’ai absolument adoré profiter de l’ambiance de Gatlin aussi longtemps.

Les personnages principaux sont très jeunes, ils ont 15 ans à peine, et cela faisait longtemps que je n’avais pas lu un roman young-adult où les héros étaient si jeunes. Je me suis en tout cas beaucoup attachée à eux et ce que j’ai aimé dans cette romance entre un personnage surnaturel et un humain, c’est que Lena découvrait ses pouvoirs et l’histoire de sa famille presque en même temps qu’Ethan et que le lecteur. Cela en fait un personnage vulnérable et j’ai trouvé ça beaucoup plus agréable de la voir découvrir qui elle est vraiment que de voir un personnage qui sait déjà tout de sa condition. J’ai trouvé très originale sa famille qui ressemble le plus à ce qu’on pourrait qualifier de sorciers. La façon dont les ténèbres et la lumière sont abordées dans ce roman à travers une malédiction familiale est très intéressante. Je ne me suis ennuyée à aucun moment et je redoutais comme Lena la date fatidique de son seizième anniversaire. La fin est bourrée d’action et m’a brisé le cœur, j’ai même pleuré dans l’avion lorsque j’en suis arrivée aux derniers rebondissements du récit !

Cela faisait des années que je n’avais pas eu un tel coup de cœur pour un roman, je suis littéralement tombée amoureuse de l’histoire et de l’univers. Je suis un peu stressée car on m’a dit que les tomes 2 et 3 étaient un peu tirés par les cheveux, mais je ne veux pas avoir d’a priori. Après tout, je ne m’attendais certainement pas à une telle découverte avec ce premier tome !

Pages : 640

Prix : 8,90 euros. Vous pouvez l’acheter ici.

Genre : Young-Adult, Southern Gothic, Romance paranormale. Age 12+

Auteur : Kami Garcia et Margaret Stohl

Note : 20/20

Sans titre

saga commencée

2/10

Advertisements

One thought on “REVIEW – CRITIQUE: BEAUTIFUL CREATURES, 1 (16 LUNES)

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.