Lecture commune Roald Dahl (#3) : Matilda chapitres 15 à 21

Bonjour à tous !

Notre troisième semaine de lecture avec Anna du blog Ma vie livresque se termine. Voici donc un court bilan sur le dernier tiers de Matilda avant de poster ma chronique d’ici quelques heures.

  • Alors que le deuxième tiers du roman nous avait un peu déçues, l’histoire est repartie du bon pied dès le chapitre 15. Matilda avait donc utilisé son pouvoir pour la première fois dans le chapitre précédent sans savoir ce que cela représentait. Lorsqu’elle décide de se confier à sa maîtresse, cette dernière adopte la bonne attitude et c’est surtout autour d’elle que l’histoire va continuer. Matilda va, en plus de cela, utiliser son pouvoir à bon escient et faire preuve d’intelligence, de générosité et de sagesse. 
  • Lors des chapitres suivants, Mlle Candy va inviter Matilda chez elle, et la petite fille (toujours très intelligente) va vite se rendre compte que quelque chose cloche dans cette maison. Mlle Candy lui confie alors son histoire, qui nous a toutes les deux beaucoup touchées et fait beaucoup de peine.
  • Les parents de Matilda, qui avaient disparu depuis un moment de l’histoire, réapparaissent et on se rend bien compte qu’on ne les changera pas ! Les activités frauduleuses du père de Matilda finissent par le rattraper, insérant bien la morale pour les enfants qui liront ce roman que l’on ne peut pas vivre en étant toujours incorrect. Même si la fin du roman est un peu irréaliste, on reste dans un roman pour enfants, et au moins tout le monde est content (même nous deux les lectrices ^^)

Bilan : lecture agréable et bonne découverte.

roald dahl

 

Lecture commune Roald Dahl (#2) : Matilda chapitres 8 à 14

Bonjour à tous !

Il est temps de faire le point sur notre deuxième semaine de lecture commune avec Anna du blog Ma vie livresque. Nous nous sommes donc lancées dans le deuxième tiers de Matilda et nous avons été un peu déçues par rapport au bon départ du roman.

Résumé : Avant même d’avoir cinq ans, Matilda sait lire et écrire, connaît tout Dickens, tout Hemingway, a dévoré Kipling et Steinbeck. Pourtant son existence est loin d’être facile entre une mère indifférente, passionnée de loto, abrutie par la télévision et un père d’une franche malhonnêteté. Sans oublier Mademoiselle Legourdin, la directrice de l’école, personnage redoutable qui voue à tous les enfants une haine implacable. Sous la plume tendre et acerbe de Roald Dahl, les événements vont se précipiter, étranges, terribles, hilarants…

  • Les chapitres 8 et 9 ont été nos préférés. Il s’inscrivent dans la lignée de la première journée d’école de Matilda et suivent la réaction de sa maîtresse face à la découverte de l’intelligence extraordinaire de la petite. Elle va d’abord demander à la directrice de la faire sauter des classes mais cette dernière refuse. Ensuite, elle va tenter une discussion avec les Verdebois, qui ne mènera à rien. Ce que j’ai le plus aimé dans ces chapitres c’est que l’on se rend compte que même les adultes ne peuvent parfois rien faire lorsqu’ils se retrouvent avec des idiots, et que ce ne sont pas que les enfants qui sont impuissants face aux adultes.
  • Les chapitres 10 et 11 ne nous ont pas plu du tout ! On a été hyper déçues. C’est là que l’on découvre vraiment l’affreuse directrice mais les chapitres sont un peu trop tirés par les cheveux (elle fait voler les enfants sur plusieurs mètres en les tenant par les cheveux, les enferme dans une espèce de cachot, ou force encore un petit garçon à manger un énorme gâteau devant toute l’école en espérant le voir vomir). Enfin, ces chapitres qui suivent la vie irréaliste de cette école ne nous ont pas convaincues, mais amuserons sûrement les petits lecteurs. En effet, les enfants adorent voir des vrais monstres, c’est donc sûrement pour ça qu’elle a été autant exagérée.
  • Dans la suite, on découvre la nouvelle copine de Matilda, qui est mignonne comme tout. Les chapitre 13 et 14, même s’ils traînent un peu en longueur, remontent un peu le niveau. La directrice vient tester les petits nouveaux dans leur classe, ce qui est plutôt marrant. A la fin du chapitre 14, Matilda découvre qu’elle a le pouvoir de déplacer des objets. Anna et moi n’avons pas du tout eu la même réaction! Au dos de mon bouquin, l’histoire est résumée comme “celle d’une petite fille qui vit avec des parents affreux et découvre qu’elle a des pouvoirs de télékinésie”. Anna, par contre, n’avait aucun résumé, du coup elle ne s’y attendait pas du tout. Je trouve que cet événement arrive un peu tard dans l’histoire, du coup ça fait un peu bizarre car on ne s’attend pas à ce qu’il y ait du fantastique comme ça sorti de nulle part alors que le reste du roman était “relativement” réaliste. Moi qui savait que ça allait arriver, je me suis dit “ah ben enfin, c’est pas trop tôt“, alors qu’Anna a été surprise et, vu qu’elle n’était pas au courant, elle a trouvé que l’histoire devenait un peu du n’importe quoi.
  • Ces chapitres, contrairement aux précédents qui suivaient Matilda sur quasiment un an et demi, se déroulent sur trois jours. On ne voit donc plus beaucoup le développement de la petite fille. En tout cas, j’ai hâte de voir ce qu’elle va faire de ses pouvoirs ! Et on espère que la suite nous plaira davantage.

Le best of de notre conversation:

Après avoir lu le chapitre 10.

Anna : “Affreuse cette directrice !!!”

Moi : “Les parents aussi surtout !! C’est affreux, déjà qu’elle a une vie pourrie à la maison il faut qu’ils lui pourrissent sa vie à l’école”

Anna : “Non mais ses parents j’ai envie de les trucider !!! comment j’étais trop en colère pendant ma lecture c’est affreux !!!”

Moi : “J’étais trop frustrée de comment la directrice elle répond à la maîtresse en lui disant que le père de Matilda lui a dit que sa fille était horrible !”

Sans titre

Après avoir lu le chapitre 11.

Moi : “Mais je trouve que les chapitres 10 et 11 ça se voit vraiment trop que c’est un livre pour les enfants. Enfin je les ai pas aimés et ça m’a refroidie dans ma lecture. Par contre j’ai bien aimé le chapitre sur la copine de Matilda :)”

Anna : “Oui Anémone est bien aussi :)”

Moi : “C’est le nom de sa copine ? ^^”

Anna : “Oui :)

Moi: “Haha elle s’appelle Lavender ^^”

Anna : “La différence qu’il y a entre l’Anglais et le Français ^^”

Moi : “J’imaginais qu’elle s’appelait Lavande en français moi ^^

Anna  : “Oui mais Anémone ça fait bizarre ^^”

Moi : “Je me demande comment le traducteur en est arrivé là ahah”

Sans titre

Bilan : moins positif que la première semaine, on espère que ça va s’arranger !

roald dahl

Sunday Quote – La citation du dimanche

book quote

ENGLISH

This is a quote from an Abundance of Katherines that I absolutely adore. You can clearly see John Green’s witty sense of humor. After I saw this sentence while I was reading the book, I never forgot it, that’s why I post it for this week’s Sunday Quote.

FRANÇAIS

Les livres sont le nec plus ultra des Largués : on les laisse tomber, et ils nous attendent; on leur prête attention, et ils nous aiment.

John Green, Le théorème des Katherine

Voici une citation de John Green que j’adore mais à un point fou ! On y retrouve vraiment l’humour plein d’esprit de John Green. Cet auteur peut être si drôle, sarcastique, spirituel et léger… vraiment c’est ce que je préfère dans ces romans. Après avoir vu cette phrase au milieu de ma lecture, je ne l’ai jamais oubliée. Il est donc tout naturel qu’elle fasse son apparition dans mes citations du dimanche.