Lecture commune Roald Dahl (#8) : Charlie et le grand ascenseur de verre chapitres 10 à 15

Il a été très dur de nous motiver à continuer notre lecture commune avec Anna, qui tient le blog Lire en Beauté !! Dur de vouloir continuer un livre quand on s’ennuie à mourir…

  • Les chapitres 10 et 11 sont vraiment très très nuls. Ils continuent sur les attaques des kpoux, ces monstres horribles de l’espace qui ne nous intéressent pas du tout. En plus, on apprend que depuis le début, l’ascenseur avait un bouton pour revenir sur terre et que M. Wonka avait tout simplement oublié de l’utiliser. Pour moi, ça n’a aucun sens. Surtout qu’au moment où ils se font attaquer, ils font plusieurs fois le tour de la terre pour échapper aux kpoux alors qu’ils auraient pu retourner directement sur Terre. Comme le dit Anna, c’était sûrement pour combler le vide parce qu’au sinon le livre aurait été trop court. En tout cas, ces chapitres sur les kpoux nous ont paru interminable et on a eu très peur que le livre parle d’eux du début à la fin.
  • Ensuite au chapitre 12, bonne surprise : on retourne à la Chocolaterie (même si l’ascenseur atterrit en plein dedans après un séjour dans l’espace, bien sûr). Les Oompa-Loompa chantent une petite chanson et tout ça nous a bien donné envie de continuer la lecture qui avait si mal commencé.
  • Une fois de retour à la Chocolaterie, M. Wonka, qui veut aider les grands-parents de Charlie qui refusent de sortir du lit, leur présente sa nouvelle invention, des vitamines qui rajeunissent de 20 ans. Mais ces derniers se comportent comme les enfants du premier tome, et en prennent trop même si M. Wonka leur demande d’arrêter. Comme toujours dans la Chocolaterie, ça tourne au cauchemar ! Deux d’entre eux deviennent des bébés, et Grand-Mère Georgina disparaît car elle en prend trop et remonte avant sa naissance. C’est vrai que c’est assez marrant, mais je trouve ça un peu triste car la famille de Charlie était censée montrer le bon exemple par rapport aux enfants du premier tome, et ce n’est finalement pas le cas.
  • Par contre, dans le chapitre 15, les Oompa-Loompa chantent une chanson un peu ridicule sur des laxatifs, bref le thème de la chanson n’était pas très bien trouvée…

Le Best Of de notre conversation : 

Après avoir lu le chapitre 12 : 

Anna : “Et genre quand ils redescendent c’est directement dans la chocolaterie :/ L’idée de l’hôtel était bien mais bon”

Moi : “Oui bon ça aurait été aussi bien s’ils avaient débarqué sur l’hôtel, vu les monstres et qu’ils se seraient échappé en rentrant sur terre ! Et puis les astronautes et le président tout ça c’est vraiment en trop”

Anna : “Il y a de bonnes idées mais l’auteur a tout foiré pour moi”

Après avoir lu le chapitre 15 : 

Anna : “La dernière chanson est horrible quand les médecins disent à la petite Rose “Elle va claquer”  :o

Moi : “La dernière chanson avec la petite est surtout ridicule, enfin pourquoi faire une chanson sur des laxatifs ? ^^”

Anna : “Oui en plus j’ai pas tout compris ^^”

Sans titre

Bilan : A partir du chapitre 12 on remonte la pente. 

roald dahl

Sunday Quote – La citation du dimanche

WeLive2

A quote from Philip James Bailey (1816 – 1902), an English poet known for Festus.

FRANÇAIS 

Nous vivons par nos actes et non les années; par les pensées et non les respirations; par les sentiments et non les chiffres sur un cadran.

Une jolie citation de Philip James Bailey (1816-1902), poète anglais, pas facile à traduire, même si j’ai tenté de le faire du mieux que j’ai pu. A ma connaissance, la citation en français est introuvable, mais si vous la trouvez déjà traduite quelque part, n’hésitez pas à me prévenir.

Sunday Quote – La citation du dimanche

sunday quote cassandra

I am spending the weekend in Paris so I almost forgot to post my Sunday Quote but I found time to post it. I am going to see Paper Towns tonight, I loved the book so I am quite excited.

FRANCAIS

Seuls les très faibles d’esprit refusent d’être influencé par la littérature et la poésie.

Cassandra Clare

Une jolie citation de l’auteur de Mortal Instruments. J’ai presque oublié ma citation du dimanche vu que je passe le week-end à Paris mais j’ai trouvé le temps de la faire. Je vais voir La Face Cachée de Margo ce soir au cinéma, j’ai aimé le livre et du coup j’ai vraiment hâte de voir ce que ça donne.

Lecture commune Roald Dahl (#7) : Charlie et le grand ascenseur de verre chapitres 5 à 10

On continue toujours notre lecture commune avec Anna, mais son nom de blog à changé : ce n’est plus Ma vie livresque mais Lire en Beauté maintenant !!

  • L’heure est grave mes amis, on a touché le fond. Loin de remonter la pente, ce livre s’enfonce de plus en plus et se révèle de plus en plus difficile à lire tant il est ennuyeux, ridicule et mal écrit. C’est triste à dire, mais ce livre à vocation drôle n’est comique que de par son ridicule. Rien ne va.
  • On comprend difficilement ce que raconte Willy Wonka, on ne dirait plus du tout le même personnage. En plus il devient très vulgaire, pas terrible pour les enfants. Je le cite “Chère vieille boulette bouffonne”.
  • Roald Dahl a créé des monstres de l’espace qu’il a appelé des Kpoux et qui sont vraiment hyper nuls et inintéressants. Ils ressemblent à des œufs géants et détruisent tout sur leur passage.
  • L’histoire avec le président devient de plus en plus nulle, et sa nounou chante une chanson à son sujet qui est complètement débile (même s’il y a un tout petit paragraphe sur le métier de politicien qui est assez drôle et vrai). Il y a également une chanson sur un docteur qui s’occupe du derrière du Kpoux, enfin plus ridicule que ça, c’est impossible ! 
  • Il y a une blague, oui je dis bien UNE, depuis le début du roman qui nous a fait sourire toutes les deux (ça fait du bien au milieu de cette lecture désagréable) et elle se trouve dans le chapitre 10:

‘My goodness!’ said the President. ‘Those men from Mars will be here any moment! What on earth are we going to give them for lunch? Where’s my Chief Cook?’

The Chief Cook was a Frenchman. He was also a French spy and at this moment he was listening at the keyhole of the President’s study. ‘Ici, Monsieur le President!’ he said, bursting in.

‘Chief Cook,’ said the President. ‘What do men from Mars eat for lunch?’

‘Mars Bars,’ said the Chief Cook.

  • Nous avons toutes les deux l’impression que ce roman est interminable car l’histoire ne nous intéresse pas du tout et c’est donc très difficile à lire. En bref, rien de très nouveau par rapport à mon bilan de la semaine précédente. C’est de plus en plus décevant, on se demande ce qui est passé par la tête de l’écrivain. Je pense que nos deux chroniques s’annoncent mal…

Sans titre

Le Best Of de notre conversation : 

Anna: “il a un côté comique ce livre mais plus dans le ridicule c’est dommage”

Moi: “Haha exactement ce que j’avais envie de dire mais que j’arrivais pas à formuler. Comique parce qu’il est ridicule :)

Anna: “^^ on pense pareil. Personnellement, ça me donne pas envie de faire une chronique pour ce livre :/

Sans titre

Bilan : de pire en pire

roald dahl

Sunday Quote – La citation du dimanche

9août*or bookshop, I might add. I totally agree with this. Whenever I get in a bookshop or a library I feel so much better and so peaceful, I can’t imagine this not existing in paradise, haha.

FRANÇAIS

J’ai toujours imaginé que le paradis serait une sorte de bibliothèque.

Jorges Luis Borges

* ou une librairie, j’aurais envie de d’ajouter. Je suis tout à fait d’accord. Dès que je rentre dans une librairie ou une bibliothèque, je me sens tellement mieux et tellement calme, je ne peux pas imaginer le paradis sans, haha.