Club de lecture #7 – The Y.A. Book Circle (septembre 2015 – September 2015)

three and a half stars

book circle4

ENGLISH

THE Y.A. Book Circle session #7 – October 2015

Book description: It is a universally acknowledged truth that high school sucks. But on the first day of his senior year, Greg Gaines thinks he’s figured it out. The answer to the basic existential question: How is it possible to exist in a place that sucks so bad? His strategy: remain at the periphery at all times. Keep an insanely low profile. Make mediocre films with the one person who is even sort of his friend, Earl. This plan works for exactly eight hours. Then Greg’s mom forces him to become friends with a girl who has cancer. This brings about the destruction of Greg’s entire life.

So, what did I think about this book? 

After a new book club meeting with the four of us, I feel like what we said reflects exactly the mixed opinions about this novel. Indeed, two of us really liked it and two of us didn’t like it at all. I belong to the first group, even if I still have some hesitation about it.

First, the humor was really great. I don’t often laugh out loud while reading but it happened to me several time while I was reading this novel. The writing is a success. The narrator is Greg. The girls who didn’t like the novel criticized his lack of feelings, but I think he is an excellent narrator and shares his thoughts really well. Okay, he seems a bit heartless and friendless and he looks like he doesn’t care about anything, but it is also what makes him an original character and an average teenager and not a novel hero. What I also liked was the text format which is organized as Greg wishes. As a cinema lover, his story is often written as a script, but also sometimes in bullet points. These changes look really great and make it even easier to read the novel.

My negative comment about this book is that the plot is too superficial and insubstantial. There are already 50 pages of introduction and then the story can be summed up in really short stages: Greg’s mom forces him to go see his childhood friend Rachel, who has been diagnosed with cancer. Greg and Rachel see each other a few time but don’t really become friends. Greg and Earl, his only “friend”, who he considers more as a colleague to shoot movies with, find themselves making a movie for Rachel. Rachel dies as it was told at the beginning. In short, nothing much happens.

I regretted learning so little about Rachel and seeing her as a very secondary character. In the end, her illness isn’t the most important thing in the novel and the author has dealt with this theme with humor and casualness, which is very different from John Green and other tragic stories we are used to. I appreciated this novel for being so original, but I still think it is not elaborated enough.

I really enjoyed the form and the humor of the novel and I would like to read something else from the author, but I hope that the content will be better next time. I thought the novel was realistic and showed more what real life looks like than books usually do. No, he doesn’t fall in love with Rachel. No, he doesn’t learn any philosophical stuff from her illness. No, the teens in this book don’t learn lessons from life and don’t have deep thoughts about the meaning of life. And maybe this is what touched me.

Pages: 305

Price: $5.47. You can buy it here.

Genre: Contemporary. Young-Adult. Age 14+

Rating: 3.5 out of 5 stars.

  • Zorana’s opinion: here. 4,5/5.
  • Eugénie’s opinion: here. 9/20. 

Analysis (spoilers!!):

The Characters:

– Greg: Greg is such an interesting character. He doesn’t want to have friends and doesn’t care about what other think, since he doesn’t even care about himself. He has found the perfect technique to finish high school without any trouble: fit in with every group without becoming friends with its members. Everyone says hi, no one bothers him and he is invisible. His life is kind of sad because he doesn’t even know the person with who he spends most of his time, Earl, and doesn’t manage to care about Rachel, but he has an exceptional sense of humor.

– Earl: He is what most looks like a friend for Greg even if he doesn’t car about him either, except for his movies. He lives in awful conditions, without parents, in a house full of violence and drugs, and the worse is that Greg doesn’t really mind. I didn’t particularly like this character that I thought was vulgar and stereotyped but the girls all thought he was amazing.

– Rachel: In the end, her character isn’t a lot more than what is told by the title: “The Dying Girl”. We learn very little about her, because the story is told by Greg and he doesn’t ask her anything, so the reader can’t learn more than that. She is a secondary character and I was sad about it.

The Title: 

Even the title sums up Greg and his narcissism, as well as his individualism. This is exactly what the story is about, Greg almost only talks about himself. Then, there is Earl, who can only be called by his name, since he is not a friend for him. And then, there is “the Dying Girl” who is just in the background.

Themes: 

– Cinema: Cinema is a big part of this novel. First, because the novel is frequently written as a script, but also because we follow Greg and Earl as they shoot movies, which becomes the biggest part of the novel. Also, movies look like the only thing Greg cares about.

– Friendship: This theme is seen in a different way from your idea of friendship. In fact, Greg doesn’t care about friendship. He sees his only friend as a “colleague to make movies with” and he only sees Rachel as the girl his mother forces him to see. However, this word comes back quite often in the novel.

– Illness: Cancer might look like the main topic of the novel, since it is Rachel’s illness that starts the whole story, but it ends up being a secondary theme approached with humor. Rachel’s death isn’t moving, which is quite an exploit in my opinion. Knowing that I cry a lot when I read, I wonder how the author did this.

The ending:

Unlike what you might expect from this kind of novel, and as I mentioned earlier, Greg and Rachel don’t fall in love and her death doesn’t make Greg have philosophical thoughts. However, something quite positive happens to Greg and I loved finding out why he wrote this novel. In the end, he manages to put things into perspective and to talk about the fact that he doesn’t have a lot of feelings and friends. It is not a negative ending.

Sans titre

FRANÇAIS

Septième rendez-vous du Y.A. Book Circle – octobre 2015

Journal d’un loser

Résumé : Greg a dix-sept ans. Au lycée, il rêve de devenir célèbre et de faire partie d’un groupe, mais il a du mal à communiquer avec les autres, à l’exception de son copain Earl. Tous deux partagent la passion du cinéma et tournent leurs propres films avec deux bouts de ficelle. Aussi, lorsque sa mère le pousse à tenir compagnie à l une de ses anciennes camarades de classe gravement malade, Greg est tétanisé. Pourtant, grâce au cinéma, une amitié insolite va lier Rachel, Earl et Greg. Entre rires et larmes, un petit bijou à lire absolument !

(Résumé WTF?!! Greg aurait horreur de devenir célèbre et fait tout pour ne pas faire partie d’un groupe. Et c’est tout sauf grâce au cinéma que Rachel, Earl et Greg deviennent amis. C’est n’importe quoi.)

Qu’est-ce que j’en ai pensé ? 

Après une nouvelle réunion à 4 au club de lecture, j’ai l’impression que nos avis reflètent parfaitement les opinions partagées en ce qui concerne ce roman, puisqu’en effet deux d’entre nous l’ont beaucoup aimé et deux d’entre nous ne l’ont pas apprécié du tout. Je fais partie de la première catégorie, même si j’ai quelques réserves.

Tout d’abord, l’humour m’a énormément plu. Je ne ris pas souvent à voix haute en lisant mais pourtant cela m’est arrivé à plusieurs reprises en lisant ce roman. L’écriture est donc une vraie réussite. Le narrateur, c’est Greg. Même si celles qui n’ont pas apprécié le roman lui reprochent de ne pas avoir de sentiments, je trouve qu’il fait un excellent narrateur et nous ouvre une porte sur ses pensées. Alors, certes, il apparaît un peu sans cœur et sans amis et je-m’en-foutiste, mais c’est également ce qui en fait un personnage original et un ado tout simple et non pas un héros de roman. Ce qui m’a énormément plu, c’est également la mise en forme de ce roman qui est organisée comme Greg l’entend. En tant que passionné de cinéma, il met souvent son récit sous forme de script, mais parfois également sous forme de listes, ces changements de forme sont vraiment les bienvenus et rendent le roman encore plus facile à lire.

Le grand reproche que je fais à ce livre, c’est que l’intrigue est vraiment trop légère et pas assez approfondie. Il y a déjà près de 50 pages d’introduction et ensuite l’histoire se résume en de très courtes étapes : la maman de Greg le force à aller voir une amie d’enfance Rachel, qui souffre d’un cancer. Greg et Rachel se voient plusieurs fois mais ne deviennent pas vraiment amis. Greg et Earl, son seul « ami » qu’il considère plutôt comme un collègue avec lequel produire des films, se retrouvent à faire un film pour Rachel. Rachel meurt comme cela est précisé dès le début. Bref, il ne se passe pas vraiment grand-chose.

Ce que j’ai regretté, c’est d’en savoir si peu sur Rachel et de la voir relayée en personnage très secondaire. Finalement, sa maladie n’est pas l’aspect principal du roman et ce thème est traité avec légèreté et humour, ce qui change franchement de John Green et autres histoires dramatiques que l’on a pu voir. J’ai apprécié le fait que le roman sorte des sentiers battus, mais je trouve quand même qu’il n’est pas assez approfondi.

La forme et l’humour m’ont tout de suite séduite et je sais que j’apprécierai de relire cet auteur, tout en espérant que le fond suivra la prochaine fois. C’est un roman que j’ai trouvé tout à fait réaliste et qui reflète la vie réelle davantage que la plupart des romans. Non, il ne tombe pas follement amoureux de Rachel. Non, il n’apprend rien de philosophique de sa maladie. Non, les ados de ce roman ne tirent pas des leçons de tout et n’ont aucune réflexion profonde sur le sens de la vie. Et c’est peut-être cela qui m’a touchée.

Pages : 336

Prix : 16,50. Vous pouvez l’acheter ici

Genre : Contemporain. Young-Adult. Age 14+

Note : 15/20

  • L’avis de Zorana (en anglais) : ici. 4,5/5
  • L’avis d’Eugénie : ici. 9/20

Analyse (attention spoilers, il s’agit de notre discussion sur des aspects précis du roman):

Les personnages 

– Greg : Greg est un personnage tout à fait intéressant. Il n’a pas envie d’avoir d’amis et ne se préoccupe pas de ce que pensent les autres, puisqu’il ne s’intéresse pas même à lui-même. Il a trouvé la technique parfaite pour terminer le lycée sans problèmes : s’intégrer à tous les groupes sans pour autant devenir ami avec ses membres. Tout le monde lui dit bonjour, personne ne lui cherche d’ennuis et il est invisible. Sa vie est un peu triste car il ne connaît même pas vraiment la personne avec qui il passe le plus de temps, Earl, et qu’il n’arrive pas à vraiment se soucier de Rachel, mais il est doté d’un sens de l’humour exceptionnel.

– Earl : Il s’agit de ce qui se rapproche le plus d’un ami pour Greg même si ce dernier ne s’intéresse pas vraiment à lui non plus, à part pour ses films. Il vit dans des conditions horribles, sans parents, dans une maison remplie de violence et de drogues et c’est ça qui est le pire, Greg n’en a pas vraiment grand-chose à faire. Je n’ai pas beaucoup apprécié le personnage que j’ai trouvé vulgaire et stéréotypé mais les filles l’ont toutes trouvé génial.

– Rachel : Finalement, son personnage se résume à ce qui est écrit dans le titre : « The Dying Girl ». On en apprend très peu sur elle, car l’histoire est racontée par Greg et qu’il ne lui pose aucune question, donc le lecteur n’en sait pas plus que ça sur elle. Elle est finalement plutôt secondaire à l’histoire et c’est ce que j’ai trouvé le plus dommage.

Titre :

Même le titre reflète le personnage de Greg et son narcissisme et individualisme. Parce que l’histoire c’est tout à fait ça, il ne parle quasiment que de lui-même. Puis il y a Earl, qui ne peut être appelé que par son nom puisque ce n’est pas un ami pour lui. Et enfin, il y a « the Dying Girl » qui est relayée à l’arrière-plan.

Thèmes :  

– Le cinéma : Le cinéma joue un grand rôle dans ce roman. Tout d’abord, car le roman est souvent présenté sous forme de script cinématographique, mais également car l’on suit Greg et Earl dans la réalisation de leurs films, ce qui est finalement la plus grande partie de l’intrigue. Egalement, le cinéma a l’air d’être la seule chose à laquelle s’intéresse Greg et qui lui tient à cœur.

– L’amitié : Le thème de l’amitié est abordé d’une façon différente de votre probable conception de l’amitié. En effet, Greg ne s’intéresse pas à l’amitié. Il voit son seul ami comme un « collègue avec lequel réaliser des films » et il ne voit Rachel que comme la fille que sa mère le force à voir. Pourtant, c’est un mot qui revient souvent dans le roman.

– La maladie : Le cancer pourrait sembler être l’objet principal de ce roman, étant donné que c’est la maladie de Rachel qui déclenche tout cette histoire, mais ce n’est finalement qu’un thème secondaire et qui est abordé avec légèreté et humour. La mort de Rachel n’entraîne aucun passage émouvant, ce qui je trouve est plutôt un exploit. Sachant que je pleure tout le temps en lisant, je me demande comment l’auteur a réussi à s’y prendre.

La fin :

Contrairement à ce que l’on attendrait de ce genre de roman, et comme je l’ai déjà dit plus tôt, Greg et Rachel ne tombent pas amoureux et sa mort n’entraîne pas de réflexions philosophiques. Par contre, quelque chose de plutôt positif arrive à Greg et j’ai beaucoup aimé la raison pour laquelle il a écrit ce roman. Finalement, il arrive à prendre du recul puisqu’il parle lui-même de son manque de sentiments et de son absence d’amitiés. Ce n’est donc pas une fin négative.

Sans titre

book circle4

3 thoughts on “Club de lecture #7 – The Y.A. Book Circle (septembre 2015 – September 2015)

    • marinesbooks says:

      Tellement désolée, je n’avais pas vu ton message car j’étais en voyage ! Nous nous retrouvons à chaque fin de mois ou début du mois suivant à Paris pour en discuter, si tu n’es pas sur Paris tu peux également rédiger la chronique sur ton blog et mettre le logo du club en bas et je mettrais un lien sur l’article ! Tu peux également en discuter avec nous dans les commentaires🙂

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s